• Aki Basho 2013 - 15e journée (senshuraku)

    Taiho dans un an

    Il n’y avait plus de suspense dans ce senshuraku de l’Aki 2013, la seule question étant de savoir si Hakuho allait, une fois de plus, démontrer qu’il est le seul patron totalement incontesté et incontestable du sumo professionnel. Et on a vu. Le yokozuna remporte sa 27ème Coupe de l’Empereur avec la manière. Il n’est ni Anakin ni Luke Skywalker, mais on sent bien que la Force est avec lui. La question n’est désormais plus vraiment de savoir s’il va un jour battre le record mythique, et désormais bien plus accessible que celui de Futabayama, des 32 yusho de Taiho, mais bel et bien si ce record tombera dans l’année qui vient. Car passé le (léger) trou d’air connu lors de l’année 2012 avec « seulement » deux yusho, le Mongol vient d’enchaîner quatre levées pour porter sa marque à donc moins de six unités du fils de Cosaque, soit un an de tournois. Et à voir la mainmise qu’il a encore sur le paquet de ses adversaires qu’il maîtrise toujours autant, la perspective d’un Aki 2014 le voyant décrocher le 33ème titre en carrière n’apparaît pas si saugrenue que cela. Bien sûr, bien des choses peuvent arriver, en particulier une blessure (phénomène dont il a miraculeusement été quasi totalement épargné jusqu’ici), mais hors cela, on peine à voir un lutteur qui puisse contester son écrasante domination. Comme pourrait le chanter Bruel, on va donc « se donner rendez-vous dans un an »…

    Le basho était déjà plié donc, mais Hakuho tient à faire savoir qu’il est le maître absolu. Alors que la tension environnant le combat est bien moindre qu’à l’accoutumée, le combat du musubi-no-ichiban accouche d’une toute petite souris, Harumafuji se ruant tête trop baissée dans la poitrine du grand yokozuna pour que celui-ci n’emploie pas la solution évidente, une projection –kotenage en la circonstance – pour conclure très (trop ?) rapidement l’affaire. Comme je l’écris trop souvent, la messe est dite.


    Si Harumafuji résiste, il perd un bras…


    …d’où ce cliché spectaculaire.


    Joli cocard, courtesy of Kisenosato.


    Gros atari de Kisenosato qui repousse Kakuryu à la limite mais se voit désaxé et chute dans le mouvement, ce qui provoque un mono-ii logique. Les shimpan confirment toutefois la victoire de l’ozeki, qui partagera les honneurs du jun-yusho avec Goeido.


    Pas malheureux avec les shimpan, Kisenosato…


    Combat compliqué pour Goeido qui se heurte à la résistance acharnée du Pain de Sucre, Kaisei, mais le sekiwake, dont la puissance de hanches fait plaisir à voir, engrange un nouveau succès sur yorikiri. On n’ose parler de début d’ozeki-run, tant sa capacité à ne pas suivre un bon basho est présente…


    Solide, Goeido. Manque encore un poil de constance à (très) haut niveau…


    …mais l’essentiel est là, même les henka sont oubliées.


    La preuve, le shukun-sho lui est attribué. Kanto-sho pour Shohozan.


    Kotoshogiku a progressé, car il ne se fie plus uniquement à sa grosse puissance de cuisses, qui lui sert uniquement à la finition, ce qui n’est déjà pas si mal. Son déhanché plus prononcé lui permet comme aujourd’hui face à Myogiryu de mettre ses adversaires en difficultés, les gaburi à les achever. L’ozeki montre qu’il faudra peut-être compter sur lui, un jour.


    Kotoshogiku a progressé sur le plan technique.


    Comment Takayasu peut-il manquer cette occasion ? Alors qu’il a le combat en mains par l’entremise d’un tirage efficace, le komusubi (plus pour longtemps) lâche prise et se retrouve face à Takarafuji relevant la tête et en plein mouvement. Défaite assurée pour celui qui quitte les sanyaku. Pas de surprise en revanche pour l’autre komusubi : Tochiozan pousse suffisamment fort pour que l’enserrement des bras de Kyokutenho ne soit qu’en pure perte, le vétéran chutant lourdement sur ses fesses.

    Combat ultra-dominé de Shohozan qui manque pourtant de louper l’occase en manquant une frappe, ce qui le conduit à se retrouver en plein mouvement et dos à Toyonoshima. Mais la vivacité du jeune espoir le sert, et ses nouveaux assauts sont ensuite mieux placés et fatals au final. Shohozan sera en sanyaku au prochain basho. Baladé sur une bonne part du dohyo par les tsuppari puissants de Fujiazuma, Ikioi rend les armes sur tsukidashi. La tentative de henka de Kotoyuki ne bluffe pas Aoiyama, sa résistance et son contre en tsuppari, si. Tochinowaka solide face à l’atari de mule de Chiyotairyu, contré avec prise au mawashi et poussée immédiate du nippo-coréen. Grosse poussée de Toyohibiki qui a le bonheur de tomber sur Jokoryu trop frontal et pas assez physique. Les makikae de Tokitenku sont insuffisants pour annihiler la puissance de Tenkaiho qui sort le Mongol sans coup férir. Campé sous les bras de Kitataiki, Masunoyama repousse puissamment son adversaire mais échappe de peu à un crochetage arrière qui est tout près de retourner la situation. Profonde prise de mawashi pour Aran qui contrôle mais finit par laisser Wakanosato lui aussi attraper le tissu pour une victoire de raccroc qui n’empêchera pas sa sortie de makuuchi. Gagamaru contrôle la première partie de l’affrontement en maintenant Homasho à distance, mais lorsqu’il manque un tsuppari, ce dernier plonge dans sa garde, situation décisive au final. Asahisho limite la casse de son kyujo en soutenant l’atari de Tokushoryu avant de dévier sa trajectoire pour le laisser tomber. Shotenro se jette sur Tamawashi tête en avant, et ne peut donc voir le décalage qui permet à se dernier de se retrouver sur son côté. Victoire de quatrième dimension de Sadanofuji qui restait sur quatre revers face à Takekaze : on se demande surtout comment Takekaze a pu faire pour reculer et sortir tout seul ainsi… Yorikiri net pour Tamaasuka qui limite la casse et sauve sa place en makuuchi.

    Contrairement à ce que j’avais pu faussement indiquer hier (l'alcool, ça fait des ravages...), le yusho n’était pas joué en juryo à l’abord du senshuraku. C’est au contraire un affrontement majuscule qui oppose les deux prétendants au titre, une lutte solide au mawashi qui se termine en plus de façon spectaculaire avec un crochetage, vain au final, de Kagamio pour contrer une projection lente mais décisive de Terunofuji. Il y aura donc kettei-sen, et le combat final augure d’un spectacle encore sympathique. Pour le kettei-sen de juryo, redite du combat-phare du jour, et c’est encore une belle confrontation qui nous est proposée, avec un affrontement intense au mawashi, conclu de très belle et puissante manière par Terunofuji, qui place un tsuridashi conclu par yorikiri. Kagamio n’a plus que les yeux pour pleurer, lui qui menait les débats depuis le début du basho mais a trop cédé dans le money-time.

    Nouvelle fessée pour Sokokurai qui ne doit vraiment pas être au point physiquement pour connaître de tels soucis face à Soyairyu. Takanoiwa devra peut-être bien attendre un basho de plus pour la makuuchi, après le revers concédé à Satoyama, mieux placé sous sa garde et qui contre la tentative finale de projection du Mongol, et de bien belle manière. Takanoyama est vraiment dans l’embarras, car avec un 5-10 concédé sur un nouveau combat à sens unique, le timing du Tchèque ne suffisant pas pour blouser Chiyonokuni, il va lui falloir compter sur la mansuétude du comité pour sauver son kesho-mawashi. Tachiai encore trop haut pour Osunaarashi qui a une certaine maîtrise dans le placement du haut du corps, mais la position plus basse de Chiyootori le contraint à reculer et à tenter, vainement, un utchari. La perspective du kachi-koshi produit parfois des résultats étonnants, comme cette prise de mawashi facilement concédée par Asasekiryu face au mou mais motivé Yoshiazuma, qui n’a plus qu’à passer les watts pour l’emporter sur le Mongol privé d’enjeux sur le tournoi. Bref… En revanche, la « motivation » ne suffit pas pour Wakakoyu face à Kyokushuho, qui assure avec brio une place en makuuchi. Chiyoo échappe à une possible relégation en obtenant un kachi-koshi de dernière minute face à Tokushinho pas plus motivé que cela. Oiwato se montre une opposition plus efficace pour Akiseyama, mais ce dernier parvient de justesse à décrocher son propre sésame de justesse grâce à un kotenage en recul. Seiro s’enfonce un peu plus, avec cette fois-ci la particularité qu’il donne après l’atari l’impression d’avoir peur de la charge de Daido. Défaite assez humiliante pour le Mongol qui va plonger dans le banzuke. Daido adoucit son sort. Daikiho confond encore une fois vitesse et précipitation, privilégiant la puissance de l’assaut à la lucidité du placement. Mal lui en prend, et l’ancien universitaire se trouve encore pris en défaut par un décalage, de Homarefuji cette fois, qui remporte, lui, le kachi-koshi. Démonstration de Chiyomaru qui sauve sans doute sa place en sortant Tanzo de deux mouvements de bras. Opposé encore une fois à un makushita, mais en l’occurrence le malheureux Shoho, Kitaharima produit encore son sumo vif et brouillon, pour un succès qui ne devrait pas empêcher sa relégation.

    Kimurayama assure définitivement son retour en salariés grâce à un okuritashi sur Kotomisen, qui devra bénéficier de la clémence possible du banzuke.

    Le jonidan yusho kettei-sen voit une victoire en oshidahsi à sens unique du jeune Horikiri sur Aokishin.

    Pour ce qui concerne les promotions/relégations, Kimurayama et Kotomisen devraient remplacer Kitaharima et Baruto en juryo. En makuuchi, Asahisho et Wakanosato seront relégués, remplacés par Kyokushuho et Osunaarashi.
    Commentaires 2 Commentaires
    1. Avatar de pereboulon
      pereboulon -
      Avec 5-10 en tant que J12, je vois mal comment Takanoyama échapperait à la relégation, même s'il est bien protégé par sa popularité. Du coup, tu aurais pu le mettre dans la liste à la fin. Mais je chipotte. Très bon texte, comme les autres.
    1. Avatar de toonoryu
      toonoryu -
      C'est vrai, je ne l'avais pas mis en raison de sa popularité mais surtout du fait que je pensais (à tort, après vérif sur une requête de la DB) que le 4-3 de Higonojo ne pourrait suffire à une promotion. Dont acte, Kutaharima est certain à mon sens d'être rétrogradé, un make-koshi au dernier rang est fatal. Dernière possibilité à laquelle je ne crois pas trop, un swap entre Tanzo et Tochihiryu.
  • Forum

    liclic

    Ichinojo, prise de mawashi

    Comme pour beaucoup de rikishi, le début du basho est souvent un très bon indicateur de la manière avec laquelle le rikishi combattra durant ce basho.

    liclic 07/08/2022, 23h26 Voir le dernier message
    skydiver

    Ichinojo, prise de mawashi

    Ichinojo affirme être particulièrement motivé et dit viser le grade d’Ozeki lors du prochain basho. Confirmation ou retour « à la normale », ça

    skydiver 03/08/2022, 01h04 Voir le dernier message
    skydiver

    Hakuho reprend la Miyaginobeya

    L’annonce officielle de l’identité du nouvel Oyakata est arrivée assez tardivement, en effet.

    skydiver 03/08/2022, 01h01 Voir le dernier message
    lolo

    Hakuho reprend la Miyaginobeya

    C'était déjà prévu ? Car je trouve cela rapide, et en même temps, cette limite d'âge était forcement connu depuis un moment

    lolo 02/08/2022, 22h42 Voir le dernier message
    lolo

    Ichinojo, prise de mawashi

    Malgré la victoire, ces constations sur le sumo d'Ichinojo sont toujours d'actualité je trouve. Peut être que cette victoire sera le déclic...

    lolo 02/08/2022, 22h40 Voir le dernier message
    skydiver

    Hakuho reprend la Miyaginobeya

    Chikubayama - son ancien nom de rikishi - Oyakata quitte donc ce mois-ci la tête de la Miyaginobeya, atteint pas la limite d’âge fixée à soixante-cinq

    skydiver 01/08/2022, 22h06 Voir le dernier message
    skydiver

    Hakuho reprend la Miyaginobeya

    L’oyakata de la Miyaginobeya atteignant l’âge de 65 ans, il doit, selon les règles de la NSK, prendre sa retraite. L’ancien Hakuho Yokozuna

    skydiver 28/07/2022, 13h39 Voir le dernier message
    skydiver

    Nagoya basho

    Le site de la NSK propose des interviews des vainqueurs pour chaque division du Nagoya basho. L’interface en anglais facilitera votre recherche.

    skydiver 27/07/2022, 11h38 Voir le dernier message
    skydiver

    Nagoya basho

    Les prix spéciaux (Sansho) ont été attribués comme suit:

    - Shukun sho (performance exceptionnelle): Ichinojo qui remporte cette distinction

    skydiver 24/07/2022, 19h11 Voir le dernier message
    skydiver

    Nagoya basho

    Concernant les catégories hors Makuuchi:

    - Ryuden gagne en Juryô avec un score de 12-4.
    - Yoshii s’impose en Makushita avec 7

    skydiver 24/07/2022, 19h08 Voir le dernier message