• Nagoya basho 2013 –11ème journée (Juichinichi-me)

    C'est fait (ou presque)

    Hakuho a presque son yusho en poche. Avec quatre jours restant et deux victoires d'avance, on voit mal comment le dai yokozuna pourrait être rattrapé. Pour cela, il lui a fallu affronter Kakuryu aujourd'hui et gagner, ce qui est habituel mais pas forcément facile. Hakuho, toujours très vif au tachi-ai, était bien le premier en action mais a dû reculer devant la compacité étudiée de l'ozeki et se trouvait proche de l'expulsion. Il en fallait plus pour déstabiliser Hakuho qui a sorti une projection aussi naturelle pour lui que de respirer. Une victoire de plus mais non suffisante pour avoir deux longueurs d'avance sur la concurrence. Pour cela, Kotooshu et Kaisei devaient perdre, ce qu'ils ont fait obligeamment. Ce n'est pas vraiment une surprise pour Kaisei qui a pourtant contraint Chiyotairyu à un combat de corps à corps mais sans jamais avoir l'initiative et le petit temps d'avance du Japonais lui a permis de le mettre au sol sur un superbe uwatenage. Kotooshu, lui, a eu la malchance de tomber sur un yokozuna sous pression. Harumafuji n'a donc pas hésité à tenter un « truc » en s'écartant tout en agrippant le long bras de l'ozeki pour ensuite le faire rouler à terre.



    S'il n'aura pas la tsuna à l'issue de ce tournoi, Kisenosato s'est tout de même emparé du kachi koshi dès cette onzième journée. Maintenant Myogiryu à distance, l'ozeki a fait parler sa puissance en avançant droit devant sans laisser d'espoir au sekiwake. Kotoshogiku a fait lui aussi un pas du bon côté en repoussant Kyokutenho à sa manière si caractéristique (par petits bonds). Il se retrouve donc à une encablure du salvateur kachi-koshi dont s'est emparé Tochiozan au détriment de Shohozan, pourtant plus offensif mais trop naïf. Voilà qui devrait lui permettre de retrouver la sanyaku. Proche du make koshi, Goeido a obtenu un sursis en repoussant Takayasu hors du dohyo après un combat à sens unique. On peut dire que sa première victoire sur ce lutteur en sept rencontres vient à point nommé. Gagamaru ne sait pas faire autre chose que pousser droit devant. Ce manque d'imagination lui a été fatal lorsque l'astucieux Tokitenku a compris qu'il lui suffisait de dévier sa charge. Guère plus créatif devant Aminishiki, Fujiazuma a tout de même su rester sur ses jambes pour le repousser facilement.

    Voyant qu'il allait céder à l'avancée d'Okinoumi, Ikioi a eu le réflexe de le laisser passer en esquivant à la vitesse de l'éclair. Non content d'être un clone du yokozuna Hakuho, voilà que maintenant Ikioi copie ses stratégies. Aoiyama a ressucité Miyabiyama l'espace d'un combat. Travaillant Toyonoshima à grands coups de tsuppari au visage (et au cou), le Bulgare a trouvé le moyen de dévier sa trajectoire pour le laisser choir. Aoiyama, qui signe là son neuvième succès et se retrouve donc en embuscade dans la course au yusho (du moins mathématiquement), aurait il trouvé une nouvelle vocation ? Plein de bonne volonté, Jokoryu s'est battu contre Takarafuji avec les meilleures intentions du monde. Cela ne l'a pas empêché de se faire contrer par une clé de bras redoutable. En arrivant à se glisser sous Tamaasuka dès le tachi-ai, Yoshikaze a fait le plus gros. Il n'avait plus qu'à pousser pour le sortir, ce qu'il a fait sans trainer.

    Profitant d'une petite hésitation de Toyohibiki au tachi-ai, Shotenro a stoppé net l'attaque du Japonais et a eu la bonne idée de tout suite s'écarter alors que ce dernier se penchait pour pousser et donc s'écrouler. Incisif, Tokushoryu n'a pas laissé Kitataiki s'organiser et l'a sorti avec une belle vivacité. Impatient de conquérir sa première victoire, Daido a provoqué plusieurs faux-départs. Le résultat n'est pas à la hauteur puisque Daido a été sorti par Sadanofuji, comme d'hab', quoi. Aran n'a pas eu le temps de tenir Masunoyama a distance tellement ce dernier a attaqué fort et ce n'est pas sa valse au bord de la tawara qui l'a empêché de mettre, de peu, le pied dehors.Wakanosato n'est plus que l'ombre du grand rikishi qu'il a été. Dépassé en vitesse par Kotoyuki, le vétéran de la Naruto s'est agité en vain et n'évite pas l'expulsion. Etonnamment performant depuis son retour d'exil, Sokokurai a fait preuve de persévérance pour sortir Tamawashi après l'avoir soigneusement tenu à distance un long moment.

    En juryo aussi, le yusho semble acquis à Endo qui a deux victoires d'avance sur ses plus proches poursuivants. Jour après jour, Endo s'affirme comme un rikishi dominateur et il a encore gagné aujourd'hui avec une facilité déconcertante. Daikiho n'a en effet pas pesé bien lourd devant la tranquille assurance du shin juryo qui s'est même permis de le renverser sans effort. Tochinowaka a sorti Tokushinho de manière classique, en avançant par petits bonds succesifs. Il conserve ainsi ses deux défaites de retard sur le leader tout comme Asasekiryu qui a habilement esquivé Kyokushuho. Homasho, qui était encore en course pour le yusho il y a quelques jours, a chuté pour la deuxième fois consécutive et la quatrième en tout. Il faut dire qu'il a été maladroit au moment de conclure face à Kotomisen et qu'il s'est retrouvé seul en déséquilibre devant la tawara, à la merci d'une poussée qui n'a pas tardé à être administrée. Takanoiwa a lui aussi laissé passer une opportunité en bégayant son sumo, incapable de pousser Kagamio hors du cercle et qui a même pu se dégager pour le projeter tout à son aise. Tenkaiho a bien fait de résister de toutes ses forces à l'expulsion qui semblait acquise pour Tanzo car il avait beau être dos à la tawara, il n'en a pas moins réussi à renverser complétement la vapeur et emporter Tanzo de l'autre côté du dohyo. Pas encore habitué aux ruses de Takanoyama, Osunaarashi s'est fait surprendre d'emblée par le pas de côté et la prise de bras du Tchèque. Blessé en début de tournoi, Chiyootori a remporté son deuxième succès en autant de jours depuis qu'il est revenu. Lancé dans un duel de poussée avec Homarefuji, l'élève de la Kokonoe s'est esquivé au bon moment.

    En makushita, Kairyu semble plus que jamais déterminé à reconquérir un yusho si on en juge par la furie de son combat contre Asatenmai. Son dernier rival est Gochi qui a largement dominé Gochozan.

    En sandanme, Notozakura a créé la sensation en sortant l'ultra favori Ishiura. Parti comme un boulet de canon, il n'a jamais cessé d'attaquer même lorsque l'ancien universitaire tentait de reprendre le dessus (belle technique, au passage). Ses efforts ont payé sous forme d'une expulsion à l'arraché qui lui permet d'atteindre une sixième victoire en autant de combats et donc de rêver, à une marche du yusho. Il faudra attendre toutefois les prochains combats de Onosho, Rikishin, Gorikiyama et Burinosato, tous les quatre invaincus, pour connaître ses challengers.

    En jonidan, Hokutoo fait le meilleur basho de sa carrière en l'emportant sur Tsugaruumi mais devra lui aussi attendre les résultats de Tanahashi, Daishoho (sans doute le favori) et Kakeshi.

    En jonokuchi, Ikeru affrontait son dernier challenger en la personne de Matsuda. On ne peut pas dire qu'il y a eu de combat puisque Matsuda s'est écroulé rapidement laissant Ikeru seul invaincu. Plus qu'une victoire et son troisième yusho en jonokuchi lui tend les bras. Attention toutefois à Horikiri, qui a perdu aujourd'hui et semble capable de forcer un tomoe sen.