• Natsu basho 2013 - 3ère journée (mikka me)

    Les yokozuna et ôzeki font le travail

    Après la défaite surprise de Harumafuji hier, tous n'attendait que la réaction du yokozuna pour voir comment il allait laver l'affront qu'il a reçu hier. Et bien, je dirais que ce fut en demi teinte. Pourquoi cela ? Le taichi ai fut non pas seulement moyen mais faiblard et face à un ôzeki ou à Hakuho, cela ne pardonnera jamais. D'accord, après son travail en défensive fut solide et il n'a jamais eu de vraie grosse frayeur. Il a réussi progressivement à revenir au centre avant de terminer le travail en uwatenage après avoir travaillé quelque peu Kitataiki qui n'a pas à rougir malgré son 0-3. Je suis persuadé qu'il va s'en sortir malgré tout avec un score honorable sachant qu'il est à son plus haut grade en carrière.


    Uwatenage de Harumafuji sur Kitataiki

    Hakuhô continue son travail de sape et il est très tranchant depuis le début de son basho. Son explosivité lui permet de renverser tout sur son passage et d'empêcher quiconque de prendre ses marques. On a vraiment l'impression de retrouver le Hakuhô d'il y a deux ou trois ans qui avait obtenu 6 yusho dans l'année avec environ 85 victoires dans l'année ! Et Miyogiryu a fait les frais de la science du combat du yokozuna aujourd'hui.

    Les ôzeki aussi sont très bons lors de ce basho.
    En effet, Kakuryû, le premier ôzeki à combattre était opposé à Baruto. Après un taichi ai équilibré, les deux rikishi se sont arrêtés en yotsu zumo et, après environ 30s sans vraie maneuvre, l'ôzeki a finalement repoussé le sekiwake Baruto en yorikiri. Il y a quand même à noter que Baruto semble quand même loin de son meilleur niveau puisque systématiquement les appuis sur sa jambe gauche, complètement bandée, semblent beaucoup plus faibles que ceux sur sa jambe droite en santé.
    Kisenosato affrontait son souffre douleur préféré à savoir le komusubi Okinoumi contre lequel il n'avait jamais perdu . Et bien, après un taichi ai correct et légèrement dominateur, il a réussi à acculer le komusubi à la tawara. S'ensuivit quelques secondes pendant lesquels les rikishi se bloquèrent en yotsu zumo. Bien que n'ayant pas de prise à main droite, Kisenosato avait une prise intérieure du bras gauche extrêmement forte. C'est sans surprise qu'il en a profité pour attendre le moment adéquat pour pousser et l'emporter en yorikiri.
    Kotoôshû jouer au chat est quelque chose dont je n'avais pas l'habitude et qui change avec son traditionnel yotsu zumo classique. Là, le maegashira Takarafuji a tenté de jouer au chat et à la souris avec l'ôzeki et mal lui en a pris. Après avoir esquivé le taichi ai pourtant très moyen de l'ôzeki, Takarafuji tenta de répliquer par une charge beaucoup trop basse sur l'ôzeki qui n'a eu qu'à pousser sa tête vers le bas pour l'emporter par hatakikomi.
    Kotoshôgikû est vraiment dans un très bon tempo dans ce basho. Il a la verve qui lui permettra d'aller loin je pense. Il démarre chaque combat très fort et solide sur les jambes, ce qui lui permet de prendre aisément l'avantage au combat en acculant rapidement son adversaire. Aujourd'hui, Aminishiki a bien tenté de défaire la prise de l'ôzeki mais ce fut bien trop mou et désorganisé pour réussir quoi que ce soit.

    A date, si on compte ôzeki et yokozuna, il y a six rikishi. En trois jours, seuls Harumafuji compte une défaite c'est-à-dire qu'il y a 17 victoires sur 18 possibles à eux six c'est assez intéressant pour la suite du basho.
    Dans le reste de la division, j'ai beaucoup apprécié l'uwatenage de Wakanosato et moins la victoire de Shôtenro qui m'a laissée sur ma faim. Ikioi, quant à lui, a su surmonté les tsuppari de Sadanofuji avant de prendre le mawashi et de l'emporter un peu après. Ce fut un bel exemple d'abnégation.
    Sinon, ils sont encore dix invaincus après trois combats, autant dire qu'ils sont encore beaucoup trop nombreux pour donner un pari mais si cela continue ainsi, Hakuhô sera encore très difficile à battre.

    En juryo, il y a cinq invaincus mais un combat m'a un peu ennuyé. Certes le tottari n'est pas une technique si courant et Takanoyama, un peu maigre, doit trouver les moyens de l'emporter comme n'importe qui mais là, on a vraiment eu l'impression qu'il a tenté une henka avant de se raviser pour prendre le bras et accompagner son infortuné adversaire qui serait vraisemblablement sortir sans même avoir besoin de l'aide de Takanoyama... Les autres meneurs m'ont ennuyé. Les deux hatakikomi de Tokushoryu et Tamaasuka sont certes propres mais l'esprit du combat ne semblait vraiment pas là... Je n'ai jamais senti le public vibrer dans ces combats non plus d'ailleurs. Le mongol Kagamio a placé un yorikiri des plus ennuyeux sans intensité ni même d'envie si bien que le gyoji a dû dire "tomari", c'est-à-dire "arrêt" pour signifier que le combat était fini. Le dernier invaincu, c'est Wakakoyu qui bénéficie de l'apatie de son adversaire du jour qui n'a rien fait que de se laisser sortir on aurait dit. Bon ok, Tokushinho, dos à la tawara a bien tenté de résister mais avec les mains de Wakakoyu qui le poussaient vers le haut ce fut trop peu, trop tard. Et il ne méritait pas mieux.