• Actualités Flux RSS

    par Publié le 28/09/2014 20h58  Nombre de lectures: 240 
    Prévisualisation de l'article

    Le record de Taihô dans le viseur.

    Décidément, cet Aki basho 2014 a toutes les chances de rester gravé dans les mémoires. Il y a eu du spectacle, du suspense, un yokozuna impérial, un petit jeune aux dents longues, des vétérans qui font de la résistance avec la manière. On a même eu un zenshô yûshô en jûryô ! C'est quand on croit le sumô sur la pente descendante que celui-ci la remonte aussi sec. Et, à peine finie cette quinzième journée et les zabuton remisés au placard, qu'on a déjà hâte d'être en novembre pour le Kyûshû basho.
    Il faut dire qu'Ichinojô et Hakuhô ont su entretenir le suspense et le spectacle. Le shinnyûmaku avait un solide Aminishiki à battre aujourd'hui pour envisager, en cas de faux-pas de Hakuhô, un kettei-sen. Donc, il a cherché à s'imposer tout en s'économisant. Au cas où... Et Aminishiki ne put pas grand-chose face à la maîtrise de son jeune adversaire. Le vétéran a pourtant essayé de déséquilibrer Ichinojô en reculant mais ce dernier a conservé son équilibre. Victoire sur oshidashi. Est-ce que cela a été suffisant pour inquiéter Hakuhô à l'heure d'affronter Kakuryû ? On aurait pu le croire, quand Kakuryû plaça une poussée suffisamment forte pour voir Hakuhô reculer. Le public frémissait à l'idée d'assister à un kettei-sen. Et puis. Et puis, une nouvelle fois, Hakuhô a rappelé à tout le monde pourquoi il avait déjà glané 30 titres. Appuis solides, prises sur le mawashi sûres et hop ! flexion, torsion et Kakuryû fini hors du cercle sur kakenage. Le public vrombissait quand même, car le mouvement était parfait. Et aussi parce que Hakuhô égale une légende. Il obtient un 31ème titre, soit autant que le grand Chiyonofuji. Maintenant, le Mongol part à l'attaque de l'Olympe. Le record d'un dieu : les 32 titres de Taihô. Quand on vous dit qu'on a hâte d'être en novembre.
    ...
    par Publié le 27/09/2014 13h46  Nombre de lectures: 147 
    Prévisualisation de l'article

    Volcanique !

    Il semble que cette quatorzième journée marque l'intronisation parmi les futurs grands d'Ichinojô. Son duel face au yokozuna Hakuhô est porteur de beaucoup de promesses. Le shinnyûmaku a montré qu'il n'est pas arrivé aussi haut, aussi vite, par hasard, en tenant en respect le daiyokozuna. Certes, Hakuhô n'a pas semblé paniquer, mais il s'est longtemps heurté à la défense de son adversaire, qui a su empêcher Hakuhô de bonifier sa prise de mawashi. Mais on ne remporte pas non plus 30 titres par hasard. Le yokozuna a donc patienté pour manoeuvrer à sa main Ichinojô et a fini par s'imposer grâce à un bel uwatedashinage, ce qui fit vrombir de plaisir le Kokugikan, et peut-être aussi le Mont Ontake qui est entré en éruption aujourd'hui. On en vient à souhaiter demain qu'un kettei-sen ait lieu. Mais pour cela, il faudra qu'Ichinojô s'impose face vaillant vétéran Aminishiki, tandis que Kakuryû s'imposera contre Hakuhô dans le duel entre yokozuna. La partie s'annonce compliquée, mais cela offrirait un magnifique supplément à ce tournoi de septembre. Pour un final volcanique.
    ...
    par Publié le 17/09/2014 00h46  Nombre de lectures: 181 

    Pas encore de tremblement de terre

    Alors que Tokyo a été secoué d'un tremblement de terre lors de cette troisième journée (sans conséquences graves, heureusement), aucune secousse n'a réussi à ébranler le trio de yokozuna mongols lors de ces trois première journées de l'Aki basho 2014.
    Serein comme à son habitude, Hakuho semble encore parti pour battre des records (il peut égaler Taiho dès cette année). Il n'a pas eu à forcer son talent pour laisser tomber chiyotairyu et Endo alors que Terunofuji n'a pas pesé bien lourd face à la rapidité et la technique du yokozuna. Aucun de ces trois rikishi ne l'avait jamais battu : l'histoire continue. Kakuryu et Harumafuji ont bataillé un peu plus mais restent sans défaite. Pour l'un de leur adversaire commun, le prometteur Endo, c'est la soupe à la grimace avec trois défaites.
    Du côté des ozeki, Kotoshogiku est apparu en forme, dans la lignée de son précédent basho. Une erreur tout de même à son actif : son plongeon suite à la henka monumentale de Terunofuji le premier jour. Kisenosato s'est fait surprendre par Aoiyama le deuxième jour mais produit toujours son sumo solide qui lui permet de se tirer de situations difficiles comme lors de ce troisième jour contre le vaillant Chiyotairyu. La grande déception est pour Goeido, tout juste promu et qui accumule les bourdes. Sa seule victoire, il la doit au forfait de Toyonoshima (véritable hécatombe d'ailleurs avec les forfaits également de Myogiryu, Homasho et Azumaryu). Pour ses deux autres combats, il a sans doute voulu trop bien faire et partir à 100 à l'heure et à chaque fois ses adversaires ont trouvé une parade. Espérons pour Goeido qu'il va trouver le bon dosage entre enthousiasme et technique.
    ...
    par Publié le 20/07/2014 15h49  Nombre de lectures: 369 
    Prévisualisation de l'article

    Ecrémage pour demain ?

    Au terme d’une première semaine riche en rebondissements, même si tous comptes faits les ozeki et yokozuna ne cumulent que cinq revers à eux cinq, le nakabi n’aura connu qu’une demi-surprise avec le second revers de Kisenosato qui lâche prise sur le trio de tête et laisse un seul poursuivant à portée immédiate. Hakuho est plus que jamais en course pour la trentième levée, accompagné qu’il est de deux lutteurs qu’on n’attendait certainement pas à ce niveau d’excellence ce dimanche.
    Hakuho prend visiblement Osunaarashi très au sérieux, bloquant le combat au mawashi de longues secondes avant de tenter une attaque, contrée par l’Egyptien en bonne position, très soutenu par la foule. Un deuxième assaut n’apporte pas plus mais il vaut aux deux hommes de se détacher du mawashi, Hakuho étant le plus prompt à le reprendre, et avec lui un avantage dont il profite immédiatement sur uwatenage. Le soulagement est évident sur son visage, et le paquet de kensho brandi vers la foule est un signe du respect vis-à-vis d’un adversaire de plus en plus solide, qui a livré un combat homérique le ventre vide. Il n’y aura pas de troisième kinboshi sur ce basho, ce qui eut été un exploit accompli pour la dernière fois par Onokuni il y a plus de trente ans, et qu’ils ne sont que quatre à avoir accompli sans l’aide d’un fusensho. Pour mémoire, le dernier à avoir enregistré deux kinboshi n’était autre que Tochinonada, en 2003 (en même temps, il y a eu pas mal d’années avec un seul yokozuna, depuis…).
    ...
    par Publié le 25/05/2014 16h40  Nombre de lectures: 550 
    Prévisualisation de l'article

    Hakuho est allé le chercher

    On attendait peut-être un scénario un peu plus fertile en rebondissements pour la fin du senshuraku, avec un kettei-sen synonyme d’espoir pour un Nippon de mettre fin au signe indien qui pèse toujours sur la Coupe de l’Empereur, qui n’a pas été soulevée par un enfant du pays depuis Tochiazuma en… 2006. La Kyokai devait à tout le moins espérer que Harumafuji joue complètement le jeu en tombant le Maître pour offrir un kettei-sen et donc au moins un doten-yusho pour Kisenosato, avec un tsunatori-basho à la clé et tout l’impact médiatique qui s’y rattache. Les affaires sont bien meilleures pour l’Ozumo en ce moment – le phénomène Endo n’y étant pas étranger – avec des bannières « man-in-rei » disposées depuis vendredi au-dessus du yukata du Kokugikan. Mais Hakuho n’a cette fois pas joué le jeu du suspense et de son rival Kisenosato, qui peut toutefois nourrir l’espoir que le 13-2 décroché au final soit pris en compte comme une performance suffisante s’il venait à s’imposer dans la fournaise de Nagoya. Mais comme on dit, il y a encore loin de la Coupe (de l’Empereur) aux lèvres…
    Hakuho est donc allé la chercher, cette 29° Coupe à soulever, au propre comme au figuré. Car ne nous y trompons pas : je suis convaincu que lui-même a parfaitement conscience que le score final en ce qui le concerne est assez flatteur. Le dai-yokozuna n’a pas été médiocre, loin de là, mais il a connu des journées à tout le moins sans inspiration, et des situations où une défaite n’aurait pas été sans logique. Son combat du jour face à Harumafuji, d’ailleurs, est assez surprenant dans son introduction qui voit Hakuho s’écarter dès l’atari, dans ce qui est très proche d’une henka mais surtout très voisin de la spéciale de son adversaire du jour, ce qui assure à Hakuho une prise très profonde du gauche sur le mawashi de son adversaire, arme fatale qu’il convertit sans peine ni émotion sur uwatenage après avoir repoussé Harumafuji pour rompre son équilibre.
    ...
    par Publié le 24/05/2014 15h35  Nombre de lectures: 529 
    Prévisualisation de l'article

    Plus que deux

    C'est passé juste mais c'est passé. Dans un premier temps, Kisenosato s'est écroulé devant Harumafuji et a perdu aux yeux de tous laissant ainsi le yusho à Hakuho (encore). Mais, contre toute attente, il ressort vainqueur de sa confrontation. La faute à Harumafuji qui en se précipitant pour reculer et faire tomber l'imprudent ozeki a agrippé ses cheveux, ce qui est rigoureusement interdit. Du moins est-ce l'avis des juges qui ont longuement délibéré sur le dohyo lors du mono-ii. Bizarrement, cette fois-ci, ils n'ont pas eu besoin de Hakuho pour leur souffler la réponse... Bref, le suspense reste entier pour le senshuraku et c'est bien le plus important, non ? En effet, outre Kisenosato, il ne reste plus que Hakuho comme prétendant au yusho puisqu'il a gagné aujourd'hui (quelle surprise) et que Ikioi a perdu. Il faut tout de même relativiser : Hakuho doit perdre et Kisenosato gagner pour forcer un kettei-sen. Voilà ce qu'on aura de mieux.
    ...
    par Publié le 23/05/2014 19h32  Nombre de lectures: 467 
    Prévisualisation de l'article

    Le Roi et sa suite.

    On n’attendait pas franchement de surprise dans le musubi-no-ichiban, entre un yokozuna certes pas au top de ses moyens mais opposé à un ozeki en grandes difficultés : de suspense il n’y a en effet pas eu. Hakuho a en effet l’intelligence de ne pas s’exposer aux atouts majeurs de l’ozeki en le forçant à combattre en prise décalée, sans possibilité de mettre ses deux bras sur le mawashi pour assurer sa stabilité et passer les watts. A partir de là, la première tentative de poussée de Kotoshogiku n’est pas axiale et très exposée à un contre, que Hakuho concrétise immédiatement sur tsukiotoshi. Le Roi reste maître en son royaume, pour l’instant, mais les prétendants n’ont pas encore abdiqué.
    ...

    Page 1 sur 10 1 2 3 4 5 6 7