• Actualités Flux RSS

    par Publié le 20/07/2014 15h49  Nombre de lectures: 250 
    Prévisualisation de l'article

    Ecrémage pour demain ?

    Au terme d’une première semaine riche en rebondissements, même si tous comptes faits les ozeki et yokozuna ne cumulent que cinq revers à eux cinq, le nakabi n’aura connu qu’une demi-surprise avec le second revers de Kisenosato qui lâche prise sur le trio de tête et laisse un seul poursuivant à portée immédiate. Hakuho est plus que jamais en course pour la trentième levée, accompagné qu’il est de deux lutteurs qu’on n’attendait certainement pas à ce niveau d’excellence ce dimanche.
    Hakuho prend visiblement Osunaarashi très au sérieux, bloquant le combat au mawashi de longues secondes avant de tenter une attaque, contrée par l’Egyptien en bonne position, très soutenu par la foule. Un deuxième assaut n’apporte pas plus mais il vaut aux deux hommes de se détacher du mawashi, Hakuho étant le plus prompt à le reprendre, et avec lui un avantage dont il profite immédiatement sur uwatenage. Le soulagement est évident sur son visage, et le paquet de kensho brandi vers la foule est un signe du respect vis-à-vis d’un adversaire de plus en plus solide, qui a livré un combat homérique le ventre vide. Il n’y aura pas de troisième kinboshi sur ce basho, ce qui eut été un exploit accompli pour la dernière fois par Onokuni il y a plus de trente ans, et qu’ils ne sont que quatre à avoir accompli sans l’aide d’un fusensho. Pour mémoire, le dernier à avoir enregistré deux kinboshi n’était autre que Tochinonada, en 2003 (en même temps, il y a eu pas mal d’années avec un seul yokozuna, depuis…).
    ...
    par Publié le 25/05/2014 16h40  Nombre de lectures: 412 
    Prévisualisation de l'article

    Hakuho est allé le chercher

    On attendait peut-être un scénario un peu plus fertile en rebondissements pour la fin du senshuraku, avec un kettei-sen synonyme d’espoir pour un Nippon de mettre fin au signe indien qui pèse toujours sur la Coupe de l’Empereur, qui n’a pas été soulevée par un enfant du pays depuis Tochiazuma en… 2006. La Kyokai devait à tout le moins espérer que Harumafuji joue complètement le jeu en tombant le Maître pour offrir un kettei-sen et donc au moins un doten-yusho pour Kisenosato, avec un tsunatori-basho à la clé et tout l’impact médiatique qui s’y rattache. Les affaires sont bien meilleures pour l’Ozumo en ce moment – le phénomène Endo n’y étant pas étranger – avec des bannières « man-in-rei » disposées depuis vendredi au-dessus du yukata du Kokugikan. Mais Hakuho n’a cette fois pas joué le jeu du suspense et de son rival Kisenosato, qui peut toutefois nourrir l’espoir que le 13-2 décroché au final soit pris en compte comme une performance suffisante s’il venait à s’imposer dans la fournaise de Nagoya. Mais comme on dit, il y a encore loin de la Coupe (de l’Empereur) aux lèvres…
    Hakuho est donc allé la chercher, cette 29° Coupe à soulever, au propre comme au figuré. Car ne nous y trompons pas : je suis convaincu que lui-même a parfaitement conscience que le score final en ce qui le concerne est assez flatteur. Le dai-yokozuna n’a pas été médiocre, loin de là, mais il a connu des journées à tout le moins sans inspiration, et des situations où une défaite n’aurait pas été sans logique. Son combat du jour face à Harumafuji, d’ailleurs, est assez surprenant dans son introduction qui voit Hakuho s’écarter dès l’atari, dans ce qui est très proche d’une henka mais surtout très voisin de la spéciale de son adversaire du jour, ce qui assure à Hakuho une prise très profonde du gauche sur le mawashi de son adversaire, arme fatale qu’il convertit sans peine ni émotion sur uwatenage après avoir repoussé Harumafuji pour rompre son équilibre.
    ...
    par Publié le 24/05/2014 15h35  Nombre de lectures: 366 
    Prévisualisation de l'article

    Plus que deux

    C'est passé juste mais c'est passé. Dans un premier temps, Kisenosato s'est écroulé devant Harumafuji et a perdu aux yeux de tous laissant ainsi le yusho à Hakuho (encore). Mais, contre toute attente, il ressort vainqueur de sa confrontation. La faute à Harumafuji qui en se précipitant pour reculer et faire tomber l'imprudent ozeki a agrippé ses cheveux, ce qui est rigoureusement interdit. Du moins est-ce l'avis des juges qui ont longuement délibéré sur le dohyo lors du mono-ii. Bizarrement, cette fois-ci, ils n'ont pas eu besoin de Hakuho pour leur souffler la réponse... Bref, le suspense reste entier pour le senshuraku et c'est bien le plus important, non ? En effet, outre Kisenosato, il ne reste plus que Hakuho comme prétendant au yusho puisqu'il a gagné aujourd'hui (quelle surprise) et que Ikioi a perdu. Il faut tout de même relativiser : Hakuho doit perdre et Kisenosato gagner pour forcer un kettei-sen. Voilà ce qu'on aura de mieux.
    ...
    par Publié le 23/05/2014 19h32  Nombre de lectures: 327 
    Prévisualisation de l'article

    Le Roi et sa suite.

    On n’attendait pas franchement de surprise dans le musubi-no-ichiban, entre un yokozuna certes pas au top de ses moyens mais opposé à un ozeki en grandes difficultés : de suspense il n’y a en effet pas eu. Hakuho a en effet l’intelligence de ne pas s’exposer aux atouts majeurs de l’ozeki en le forçant à combattre en prise décalée, sans possibilité de mettre ses deux bras sur le mawashi pour assurer sa stabilité et passer les watts. A partir de là, la première tentative de poussée de Kotoshogiku n’est pas axiale et très exposée à un contre, que Hakuho concrétise immédiatement sur tsukiotoshi. Le Roi reste maître en son royaume, pour l’instant, mais les prétendants n’ont pas encore abdiqué.
    ...
    par Publié le 22/05/2014 16h25  Nombre de lectures: 297 
    Prévisualisation de l'article

    Hakuho n'est pas le patron pour rien...

    Même quand il ne paraît pas nécessairement au mieux de ses (énormes) moyens, Hakuho parvient à rester au-dessus de la mêlée. C’est la leçon du jour, durement apprise par Kisenosato qui cède une fois de plus au mental, alors qu’il pouvait tenir son destin entre ses mains. Certes, l’ozeki n’est pas encore hors-course pour faire tomber la malédiction qui courre depuis tant d’années sur les lutteurs nippons en quête d’un makuuchi yusho, mais il va lui falloir compter sur des circonstances très favorables pour forcer la décision. Cinq rikishi sont encore mathématiquement en course pour le titre, une lutte très ouverte à l’approche du week-end final.
    Kisenosato peut parfois se montrer particulièrement agaçant dans ses tactiques d’avant-combat. En particulier les matta à répétition, dont il sait abuser en particulier lors des grandes confrontations, telles que celle du jour face à Hakuho. Mais l’ozeki devrait comprendre que le dai-yokozuna qu’il a en face de lui, même s’il est apparu moins impressionnant depuis le début du basho, nb’est pas un lapin de six semaines, et que ces manœuvres ne sont pas nécessairement préjudiciables à celui qu’on croit. Hakuho, lui, sait qu’au vu de la forme, en particulier du foncier montré par l’ozeki, il doit surtout éviter de figer le combat et d’imprimer du mouvement (chose qui ne lui ets pas forcément la plus naturelle). Il n’en a finalement pas vraiment besoin, Kisenosato ayant totalement perdu sa concentration dans l’affaire et marque une hésitation qui lui vaut un fatal quart de seconde de temps de réaction au tachiai, alors que Hakuho est lui au niveau de Harumafuji sur ce combat, fulgurant. Le bras droit en opposition, un tsuppari du gauche pour décontenancer, et il va au contact de l’ozeki, en lui bloquant les bras dans le mouvement. Une poussée des cuisses plus tard, l’affaire est faite. Le vrai potentiel de Hakuho n’est à mon sens pas apparu dans son combat (si ce n’est dans le tachiai), c’est plutôt la capacité de Kisenosato à se faire du mal tout seul qui aura crevé les yeux de tout le monde. Il manque, encore et toujours, aux rikishi nippons cette capacité à être décisifs au moment opportun. Combien de temps cela va-t-il encore durer ?
    ...
    par Publié le 21/05/2014 16h15  Nombre de lectures: 287 
    Prévisualisation de l'article

    Hakuho tombe enfin.

    Stupeur au Kokugikan, même si le sumo de Hakuho sur ce tournoi laissait transparaître quelques incertitudes quant à sa qualité, le yokozuna montrant des signes de fébrilité qui ne lui sont largement pas coutumiers. Cette fébrilité prend tout son sens sur cet affrontement contre Goeido, pourtant vainqueur à deux petites reprises en 25 rencontres face à l’ogre mongol. Après un tachiai relativement bon des deux côtés, Hakuho, apparemment peu désireux de faire durer les choses, s’écarte vivement de la trajectoire, ce qui manque d’attirer Goeido vers la sortie, mais le sekiwake montre des réflexes étonnants pour se rétablir, d’une part, et en plus s’écarter lui-même de la trajectoire du yokozuna venu achever le travail, et qui se retrouve alors largement exposé, en équilibre à la corde, avec Goeido sur son côté droit. Le sekiwake n’a plus qu’à reprendre sa marche en avant, la défaite du yokozuna est inéluctable (et était déjà consommée puisque l’orteil droit de Hakuho était sorti après l’évitement du sekiwake).
    ...
    par Publié le 20/05/2014 16h43  Nombre de lectures: 316 
    Prévisualisation de l'article

    Janus est de retour.

    Hakuho nous montre deux visages sur ce basho : hier c’était le patron, aujourd’hui, comme à plusieurs reprises depuis le shonichi, celui d’un lutteur de haut niveau mais prenable. Tochiozan, en solide forme sur ce tournoi, n’est pas loin de désorienter le yokozuna sur deux poussées, mais le talent brut et le sens du positionnement du yokozuna lui permettent d’éviter l’écueil pour achever l’affaire sur un tsukiotoshi heureux qui lui conserve le bénéfice du contrôle des opérations. Mais son incapacité à prendre le mawashi du sekiwake montre qu’il y a une faille dans l’armure. A ses futurs adversaires d’en profiter…
    ...

    Page 1 sur 10 1 2 3 4 5 6 7