Affiche les résultats de 1 à 5 sur 5

Sujet : nourriture japonaise et rikishis étrangers

  1. #1

    nourriture japonaise et rikishis étrangers

    j'ai fait une petite trad d'un article paru en ligne en anglais le 15/09/2012 dans le asahi shimbun asia and japan watch.

    la nourriture japonaise, plus gros défi pour les rikishis étrangers
    Les lutteurs de sumo étrangers viennent au Japon prêts à affronter une montagne de barrières culturelles, et leur succès sur le dohyo (les 38 derniers tournois de sumo ont été gagnés par des rikishis nés à l’étranger) atteste de leur farouche détermination.

    De façon surprenante, cependant, certaines de leurs batailles les plus rudes ne se passent pas sur le dohyo, mais à table.

    Du fait que le poids d’un lutteur peut aider à déterminer son succès, les repas abondants sont toujours au menu.
    Parfois, la difficulté n’est qu’une affaire de goût. L’ozeki bulgare Kotooshu dit que le riz en tant qu’aliment de base s’est révélé être son plus gros obstacle, parce que les Bulgares mangent généralement le riz en dessert, pas en plat principal.
    « Nous l’ajoutons à du yaourt, avec beaucoup de sucre », explique Kotooshu.
    Malheureusement pour le Bulgare, les nouveaux apprentis lutteurs en sont souvent réduits à manger du riz froid, et ce qu’il peut rester du « chanko nabe », un ragoût de poisson, viande, légumes et autres ingrédients, habituellement mangés en grosses quantités par les lutteurs de sumo pour les aider à prendre du poids. L’aversion de Kotooshu pour le riz signifie qu’il a été difficile pour lui de prendre du poids avec ce régime.
    Les problèmes de communication ont compliqué encore plus les temps des repas. Les bulgares utilisent les signes contraires pour dire oui et non, donc quand on lui demandait s’il voulait manger plus, Kotooshu bougeait sa tête de gauche à droite pour dire oui. Mais les Japonais l’interprétaient comme « non », et remportaient son assiette.
    « Ça a pris longtemps pour arranger ça », se rappelle Kotooshu.

    Le lutteur nippo-brésilien de troisième génération Kaisei n’a pas eu les mêmes obstacles culturels, grâce à ses grands-parents paternels japonais, il était aussi à l’aise à manier les baguettes qu’à agripper le mawashi de son adversaire. Mais il dit qu’il n’avait jamais mangé de poisson avant de venir au Japon, et ajoute qu’il est toujours en train d’essayer de s’habituer au poisson bouiili et au ragoût .

    Mais apprendre à aimer la nourriture locale n’est pas toujours qu’une affaire de goût. Parfois cela signifie surmonter des croyances bien enracinées pendant une vie entière.
    Le lutteur originaire de Mongolie Kyokutenho dit que dans son pays natal, les poissons sont considérés comme sacrés parce qu’ils ne ferment jamais les yeux, même après leur mort. Le grand-père de Kyokutenho, qui était un moine, « serait très en colère si j’urinais dans la rivière », où les poissons nagent, dit-il. Avec de telles croyances, manger du poisson cru était au début inimaginable, mais kyokutenho a dû s’y habituer dès le début.
    « Aussitôt après mon arrivée au Japon, quelques supporters m’ont invité à diner, et ils ont servi du poisson vivant. J’ai pleuré, vraiment », dit Kyokutenho, qui ajoute qu’il adore maintenant le poisson.
    Le seul conseil qu’il peut donner pour les autres lutteurs étrangers qui essaient de surmonter la différence de régime est de simplement « s’y habituer ».

    Les repas ne sont pas toujours une bataille difficile d’ailleurs, et certains lutteurs prennent la nourriture japonaise un peu trop bien.
    Le lutteur géorgien Gagamaru dit qu’il a eu au début du mal à s’habituer au poisson, mais qu’il l’adore maintenant. Il s’est si bien habitué à la nourriture japonaise qu’il mange même du natto (un plat au goût infâme à base de soja fermenté impopulaire parmi beaucoup d’étrangers) au petit déjeuner chaque matin après l’entraînement.
    « Le natto est merveilleux. Ça me fait manger trop de riz », dit Gagamaru.
    En fait, il dit que son problème est qu’il a pris trop de poids, si un tel concept existe pour les lutteurs de sumo. La balance atteint maintenant 212 kilogrammes.
    « Je me demande si ce poids est OK pour un être humain, mais j’ai simplement gagné ce poids parce que la cuisine japonaise est si bonne », dit Gagamaru, qui fera d’autant mieux sur le dohyo grâce à la masse gagnée.

    L’oyakata de la génération précédente Azumazeki, l’ancien sekiwake Takamiyama, qui a été le premier sekitori étranger, et le premier lutteur de sumo étranger à gagner un grand tournoi de sumo, voit la lutte avec la cuisine juste comme une autre forme d’entrainement, et comme un des nombreux avantages que les lutteurs étrangers ont sur leurs rivaux japonais.
    « Les lutteurs étrangers n’ont pas seulement des corps plus gros, ils ont plus d’expérience avec le sport. Et ils viennent au Japon mentalement préparés à surmonter les différences de langage, de culture et de cuisine, donc , bien sûr, ils sont coriaces », dit-il.

    Par NORIYASU NUKUI


    J'ajoute que pour ma part j'aime bien le natto, je ne sais pas pourquoi parce que c'est vrai que c'est un peu bizarre avec ces fils comme du gruyère fondu, mais que ça ne me fait pas manger plus de riz que ça.

  2. #2
    Merci pour cet article très intéressant !
    J'avais lu aussi une interview de Harumafuji (à l'époque encore Ama je crois) où il disait que le plus dur pour lui avait été de manger pour grossir. De nature mince, il ne grossit pas facilement et il racontait qu'à ses débuts on le forçait à manger, mais qu'il vomissait immédiatement et qu'il devait à nouveau manger, et que ça avait été une vraie torture... mais qui paie aujourd'hui !

    NB: moi aussi j'aime beaucoup le natto (qui en fait sent un peu comme certains de nos fromages). Je sais par contre que plus que l'odeur forte, c'est souvent la texture "beta beta" (collante et gluante) qui gêne les étrangers.

  3. #3
    Junior Member Avatar de chichi
    Inscrit
    janvier 2010
    Lieu
    la riviere drugeon (25)
    Messages
    20
    super article! merci

  4. #4
    Senior Member Avatar de liclic
    Inscrit
    janvier 2004
    Lieu
    Montréal (canada)
    Messages
    2 503
    très bon article. merci.

    Si on en parle avec le fait que manger beaucoup pour grossir n'est pas facile, il ne faut pas penser que c'est plus facile pour les japonais de grossir également. Si on regarde par exemple Kirishima le disait lui aussi dans son livre.
    Ceci est un secret.....


  5. #5
    Tout dépend des constitutions (il n'y a qu'à regarder Takanoyama). Très bon article, sur un sujet ô combien important. Manifestement, s'habituer au poisson est ce qu'il y a de plus dur. On devrait envoyer Quintalomaru en stage au Japon... j'me comprends.
    Père Boulon

    Il n'y a de richesse que d'Hommes.

sujet d'information

Utilisateur(s) parcourant ce sujet

il y a actuellement 1 utilisateur(s) parcourant ce sujet. (0 membres et 1 visiteurs)

Sujets similaires

  1. Kintamayama à la TV japonaise
    Par Asafan dans le forum Videos Externes
    Réponses: 11
    Dernier message: 05/04/2010, 20h37
  2. tv japonaise avec KeyHoleTV 3.12
    Par StuStu dans le forum Videos Externes
    Réponses: 3
    Dernier message: 10/02/2009, 01h05
  3. Etrangers et Heya
    Par kedevash dans le forum Techniques - Traditions
    Réponses: 2
    Dernier message: 09/05/2007, 13h34
  4. Nourriture
    Par Lydid dans le forum Techniques - Traditions
    Réponses: 3
    Dernier message: 15/05/2006, 19h06
  5. Les Sportifs étrangers au Japon
    Par Kaiomitsuki dans le forum Dohyô
    Réponses: 1
    Dernier message: 30/08/2005, 11h37

Tags pour ce sujet

Liens sociaux

Règles des messages

  • Vous ne pouvez pas créer de sujets
  • Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
  • Vous ne pouvez pas importer de fichiers joints
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  
  • Les BB codes sont Activés
  • Les Smileys sont Activés
  • Le BB code [IMG] est Activé
  • Le code [VIDEO] est Activé
  • Le code HTML est Désactivé