Oh l, les amis, ne nous emportons pas !
Il y a les passionns du Japon, d'un ct, et les passionns d'Amlie Nothomb, d'un autre ct. (Une passion n'tant pas incompatible avec l'autre et Celeborn aime galement beaucoup le sumo et le Japon) Mais bon, quand on est un ultra-passionn, d'un camp ou d'un autre, voil ce qui arrive ! Je connais Celeborn depuis deux soires et c'est quelqu'un de particulirement ouvert et sympathique, et ses propos ne refltent que la fibre du passionn qu'il est, pour l'crivaine belge.
D'ailleurs, je fais mon mea culpa d'avoir relanc le sujet, alors que dj, sur l'ancien forum, de fortes discordances entre les pro-Nothomb et les anti-Nothomb se dessinaient.
Pour ma part, je pense que par rapport Amlie Nothomb, les 2 avis sont valables et c'est d'ailleurs pour a que la discorde est telle.
Elle est partage entre amour passionn et critique trs dure du Japon.
C'est comme en amour. On peut aimer la folie, puis dtester jusqu' l'aversion, puis aimer la folie.
Amlie Nothomb admire le Japon et les japonais(e)s par certains cts et ne l'aime vraiment pas pour d'autres aspects. Elle fait la fois l'loge du Japon, pourtant difficilement perceptible, dans Stupeur et tremblements mais en mme temps, le critique trs durement.
Le problme, c'est que, pour le tlespectateur, ou le lecteur, si on ne reste qu' la premire impression, on prend les japonais pour des gens vraiment fous et prtentieux, et en cel Amlie Nothomb vhicule une trs mauvaise image du Japon, mais si on gratte un peu plus, on se rend compte que les japonais sont des gens passionnants, car d'une part, les "bourreaux" suivent une mthode qui a donn ses rsultats (Japon premire puissance conomique mondiale, au milieu-fin des annes 80) et qui est en cel respectable, et d'autre part, on a beaucoup de compassion pour les employs japonais, qui, comme Amlie-San sont ainsi victimes du poids de la hirarchie !
Je pense que l'image du Japon et des japonais en ressort grandie. On prsente leurs dfauts et en cel, a les rend plus humains que dans les reprsentations classiques que l'on avait d'eux au cinma : dans les films avec De Funs, on les voit caricaturs comme des chefs d'entreprise qui investissent btement, et qui sont suivis d'un groupe d'employs qui prennent des photos sans arrt, tandis que dans Le Pont de la Rivire Kwa ou la srie populaire Les ttes brles, ils jouent le rle du cruel tortionnaire born et sans coeur.
Sinon, dans la plupart des autres films, ce sont les habituels clichs qui reviennent sur le harakiri, le sens de l'honneur pouss l'extrme de l'absurde, les yakuzas, les ninjas, les samouras, ou le clich navrant du petit touriste japonais enrichi par le miracle conomique nippon et qui investit dans tout et n'importe quoi et qui prend des photos en permanence !
Donc, je trouve que Nothomb a, par le biais de Corneau, dans un cinma populaire, apport enfin une image humaine (mme si c'est critique) des japonais, compar ce qui se faisait jusque l. Je ne parle pas des excellents films de Kitano et d'autres cinastes, qui sont bien plus rvlateurs du Japon, mais, hlas, a reste encore du cinma litiste et pas grand public.