Page 4 sur 5 PremièrePremière ... 2345 DernièreDernière
Affiche les résultats de 31 à 40 sur 47

Sujet : Rencontre à Paris du 29 mars 2007

  1. #31
    Senior Member Avatar de Chicconofuji
    Inscrit
    août 2003
    Lieu
    Strasbourg
    Messages
    480
    Tres interessant toute ces photos et videos...ça fait envie...

  2. #32
    Le TGV va à Strasbourg dorénavant et la SNCF a décidé de mettre en vente 5000 billets à 15 euros par mois jusqu'au mois d'aout...
    Père Boulon

    Il n'y a de richesse que d'Hommes.

  3. #33
    Senior Member Avatar de Chicconofuji
    Inscrit
    août 2003
    Lieu
    Strasbourg
    Messages
    480
    Je serais quoi qu'il arrive sur Paris pour les mois de juillet et aout.

  4. #34
    Senior Member Avatar de Kaiowaka
    Inscrit
    mai 2004
    Lieu
    Cherbourg (France)
    Messages
    2 876
    Citation Envoyé par abudisake
    Citation Envoyé par Kaiowaka
    Citation Envoyé par Sanae
    Ah j'adore ces suisses qui partent au quart de tour ; d'ailleurs mon epouse a la double nationalité et toute la famille de son père en Suisse, donc je me permets d'autant plus de vous charrier que j'adore votre vitesse d'execution legendaire...
    Hein ? Qui est Suisse ? Abudisake ?
    enfin le wak !!! définition trouvée dans le dico pour encyclothimique illustré :
    Pau : ville thermale situé sur la rive nord du lac Léman célèbre pour ses horlogeries, ses banques, son parlement confédéré, ses fabriques de chocolat et surtout, son fromage à raclette d'appellation d'origine contrôlé élaboré avec du lait de vaches alpines et de chamois..... pau est également la ville d'origine de roger federer et de guillaume tell. chef lieu de canton.

    voilà, c'est fait... j'ai eu du mal à l'écrire mais, c'est fait....
    Comme y a que toi qui a réagi entre les 2 messages de Sanae............, je pensais qu'il te visait, toi en disant que les Suisses partent au quart de tour !
    Kaio pour toujours dans ma mémoire et maintenant place sur le dohyo à Kaisei, Kotoshogiku et Enho

  5. #35
    Rédacteur Avatar de abudisake
    Inscrit
    octobre 2006
    Lieu
    Aressy - Pau
    Messages
    507
    té, le wak,...... tu veux que je te dise, ...... sont complètement fadas ces marseillais......

  6. #36
    Salut à tous!

    Après une longue attente pour laquelle je vous présente mes plus plates excuses, voici enfin la compilation des meilleurs moments de la rencontre de Paris.

    Cela dit, je pense que vous n'allez pas trop regretter d'avoir été patients. Voici la première des trois parties de mon compte rendu...

    La première partie était, donc, un petit basho improvisé, dont voici les acteurs :


    On arrive sur le site.
    De gauche à droite, Allan (de dos), Herritaro (jovial), Satori (baissé), Liclic (inspiré), Père Boulon (discourant) et Iris (de dos).


    Examen attentif et curieux de mes mawashi improvisés (Alban - oui il pleut... - et Soupooshu de dos).
    Père Boulon tâte la marchandise...

    Mes excuses à ce dernier, je n'ai aucune photo solo de lui au basho pour une présentation formelle. Remplaçons...

    Père Boulon donc... Désolé.


    Liclic, prêt au combat mais toujours le sourire aux lèvres.


    Allan, mon ami de Poitier ayant gentillement accepté de jouer avec nous.


    Alban, le très sympathique ami de Soupooshu.


    Herritaro, mon "clone" bordelais.


    Et Satori (c'est moi ça... :P )

    Nous étions soutenus par :

    Iris, notre gyoji de charme.


    Laurence, notre supportrice de charme...


    Frédéric, le frère de notre caméraman officiel.


    Et Philippe donc, grâce à qui nous avons la majorité des photos et des films de ce basho. Un grand merci à lui! (aucune photo durant le basho, je remplace par une image de son choix, très T1000... )

    Avant toute chose, rien ne pouvait se faire sans un dohyo digne de ce nom :

    Soupooshu, le concepteur ajustant les derniers réglages.


    Herritaro, vérifiant la solidité de l'ensemble... :P

    Après un petit échauffement (ici, pour les plus mordus), c'était parti. Et comme je vous le disais, l'ambiance est resté au beau fixe toute l'après midi...


    Malgré le solennel...


    Malgré la concentration et la pluie...


    Malgré le froid...


    ... la fatigue...


    ... la boue...


    ... et les pieds gelés...


    ... on a passé notre temps...


    ... à nous marrer!

    M'enfin on était quand même là pour un basho.

    Les lutteurs ajustent leur mawashi...


    ... et se font aider...

    Les adversaires se saluent...




    ... suivant différents styles...


    ... se jaugent...


    ... se défient du regard...

    ... et c'est parti!

    Les lutteurs se jettent l'un sur l'autre...


    ... s'attrappent...


    ... s'agrippent...


    ... se repoussent...


    ... se feintent...


    ... se soulèvent...


    ... et ça finit au tas!

    Le basho se termine finalement...

    Le vainqueur est désigné...


    Bansaï!!

    L'album complet des photos de ce basho (129 photos, sur 3 pages) est disponible en cliquant ici.

    Satori

  7. #37
    Voici la deuxième partie de mon compte rendu : les résultats et commentaires des combats jour par jour. Du gros oeuvre, c'est entre autre pour ça que ça a pris autant de temps. Alors voilà...

    Petit mode de lecture :
    • - v : devant un combat, signifie "vidéo disponible". Pour l'obtenir, cliquer sur le titre du commentaire, en gras.
      - X : Victoire
      - O : Défaite

    Code:
    Day 1
    *****
      Père Boulon  (1-0)  X-
    v Satori       (1-0)  X-O  Alban        (0-1)
    v Allan        (0-1)  O-X  Soupooshu    (1-0)
    v Liclic       (0-1)  O-X  Herritaro    (1-0)
    
    1-0 : Père Boulon, Satori, Soupooshu, Herritaro
    0-1 : Alban, Allan, Liclic
    Commentaires : Satori - Alban
    Je m'avance avec dans l'idée de saisir le mawashi d'Alban. Alban se relève très vite, et me bloque les bras avec ses mains, évitant ainsi la saisie.

    Alban tente une poussée frontale, mais je résiste. Dans le même temps, je dégage mon bras droit, mais Alban profite de ce dégagement pour plonger sous ma garde. Par chance il ne saisi pas mon mawashi, et je parviens à relever un peu mon adversaire tout en m'esquivant vers l'arrière.

    Toujours très haut, Alban me garde à distance en tendant son bras sur mon épaule gauche. Je remarque la position très haute et droite d'Alban, et envisage de faire le tour pour profiter de son angle faible. Déjà je pose ma main sous son coude gauche.

    M'y reprenant à deux fois, je repousse le bras d'Alban dans la direction de son angle faible, et me jette sur l'arrière de son mawashi. Alban tente de contrer l'attaque en maintenant la distance et en reculant, mais la manoeuvre échoue. Me plaçant derrière mon adversaire, je propulse finalement Alban hors du cercle.

    Commentaires : Allan - Soupooshu
    Allan, pour son premier combat, prend une position très excentrée. Le taichi-ai est timide, Soupooshu saisissant les mains d'Allan et relevant son buste à partir de ce point d'appui, tout en le faisant légèrement tourner sur lui même par une petite poussée du bassin. Puis immédiatement, il laisse basculer Allan vers l'avant en lâchant tout et tente de se saisir de l'arrière du mawashi de son adversaire, déséquilibré.

    Ce dernier réagit très vite pour refaire face à Soupooshu, et la saisie du mawashi échoue. Mais ce faisant, il atterrit un peu sur les talons, très près de Souposhu qui le cueille par une poussée frontale en lui saisissant de nouveau les bras. Il s'engouffre sous la garde d'Allan qui résiste en reculant ses jambes, mais ce dernier ne parvient pas abaisser son buste assez vite.

    Soupooshu s'élance alors dans une lourde poussée frontale pour profiter de cet avantage, mais Allan parvient à consolider sa position par deux fois, en reculant et en se désaxant. C'est alors Soupooshu qui se retrouve trop droit, stoppé net et sous la menace d'une contre-poussée d'Allan, occasion que ce dernier ne manque pas.

    En reculant sous cette attaque, Soupooshu se désaxe tout en apposant une forte pression du buste et des bras, pour donner à Allan l'illusion que son corps se trouve toujours en dessous alors que son bassin est déjà sur le coté. Le piège se referme lorsque brusquement, il inverse la vapeur en laissant passer la charge de Allan et en le poussant vers l'avant, se retrouvant de nouveau derrière lui.

    Une nouvelle fois Allan se retourne très vite mais, utilisant l'élan du mouvement, Soupooshu s'est déjà engagé dans une poussée frontale sous la garde de son adversaire. La sortie d'Allan est dès lors inévitable...

    Commentaires : Liclic - Herritaro
    Après un taichi-ai solide de Liclic, et une belle résistance offerte par Herritaro, les adversaires se neutralisent en préservant une distance de sécurité. Prenant l'initiative, Liclic charge alors sur Herritaro avec une belle position basse, mais ce dernier réagit instantanément en effectuant une jolie esquive, tout en laissant son buste au plus près de celui de Liclic. Perdant tout son appui, Liclic chute.

    Remarquez la petite erreur de Liclic, qu'a parfaitement exploité Herritaro : au début de sa charge, le bras droit de Liclic est encore tenu par Herritaro, et ne peut donc s'en servir ni pour se stabiliser lors de sa poussée, ni pour garder Herritaro dans le cadre.

    Ce dernier tire alors le bras de Liclic aussi bas que possible et le repousse à l'opposé de son buste, ce qui a pour effet d'ôter l'appui de Liclic sur le buste de Herritaro malgré le petit retard de ce dernier sur le mouvement. Belle manoeuvre...


    Code:
    Day 2
    *****
    v Alban        (1-1)  X-O  Père Boulon  (1-1)
      Soupooshu    (2-0)  X-
    v Satori       (2-0)  X-O  Herritaro    (1-1)
      Allan        (0-2)  O-X  Liclic       (1-1)
    
    2-0 : Soupooshu, Satori
    1-1 : Alban, Père Boulon, Herritaro, Liclic
    0-2 : Allan
    Commentaires : Alban - Père Boulon
    Un taichi-ai très net des deux adversaires, qui se relèvent cependant un peu vite. Alban est parti très vite et très fort, ce qui oblige Père Boulon à contrer cette pression de toutes ses forces. Alban passe alors instantanément son bras gauche sur l'épaule de Père Boulon tout en tenant fermement son bras droit, et tire alors d'un seul coup le buste de Père Boulon vers le sol, tout en retirant son bassin. On sent le jeu sur les forces du judoka... Père Boulon tombe sous cette impulsion et sa propre poussée.

    Commentaires : Satori - Herritaro
    Un taichi-ai intéressant : je "saute" vers l'avant pour me planter sous le ventre de Herritaro, les bras bien bas dans l'idée de le relever puis de pousser ; Herritaro au contraire avance et cherche à appuyer de tout son poids sur mon buste. Mais mon élan et ma poussée vers le haut le relèvent et il est dès lors un peu sur les talons. J'utilise alors cet élan pour confirmer ma pression physique en gardant bien Herritaro dans le cadre, les mains de chaque coté de son corps.

    Sentant la mauvaise dérive Herritaro cherche alors à aspirer mon élan vers lui, pour me faire basculer hors du cercle. En réaction, je m'accroche vivement à Herritaro pour rester aussi près de lui possible et ainsi, conserver un appui, tout en freinant comme je peux le mouvement.

    Puis brutalement, je me détache de cette prise aspirante en effectuant un retrait de l'ensemble du corps, et en profite pour passer toute ma garde à l'intérieur de celle de Herritaro, sur les talons. En retombant de cet espèce de saut de cabri, je profite de la gravité pour imprimer une pression horizontale sur le buste de Herritaro qui, ne pouvant freiner son mouvement d'aspiration et cette poussée cumulée, sort du cercle.

    Remarquez que le freinage, le contre de la force centrifuge et l'arrachement au mouvement d'aspiration se font en seulement deux appuis.


    Code:
    Day 3
    *****
      Soupooshu    (3-0)  X-O  Père Boulon  (1-2)
    v Alban        (1-2)  O-X  Herritaro    (2-1)
      Liclic       (2-1)  X-
    v Satori       (3-0)  X-O  Allan        (0-3)
    
    3-0 : Soupooshu, Satori
    2-1 : Herritaro, Liclic
    1-2 : Père Boulon, Alban
    0-3 : Allan
    Commentaires : Alban - Herritaro
    Le taichi-ai n'est pas très prononcé, les deux adversaires se relevant presque complètement et conservant leur distance. Etrangement, Herritaro préfère changer sa garde et saisir son adversaire par l'extérieur plutôt que de maintenir sa garde à l'intérieur de celle d'Alban. Ce dernier saute sur l'aubaine et se recule tout en tirant de tout son poids Herritaro vers le sol, mais celui ci s'accroche solidement au bras d'Alban et accélère droit sur son adversaire, pour compenser le mouvement d'aspiration.

    Comme il se retrouve, mécaniquement, près du bord et sous le buste d'Alban, il tente alors de relever son adversaire tout en effectuant une lourde poussée. Ce dernier réagit très vite et très bien, en sortant à toute vitesse du cadre de Herritaro pour se retrouver derrière lui, tout en tirant le bras gauche de ce dernier pour l'attirer vers l'extérieur du cercle.

    Sentant parfaitement ce mouvement Herritaro freine alors de tout son poids, tout en cherchant un point fixe où se raccrocher. Il parvient à trouver in-extremis une bonne prise en saisissant le bras droit d'Alban et en s'enroulant autour.

    Alban tente alors une poussée sur le bassin de Herritaro, mais la prise de ce dernier l'empêche d'avoir le recul et la liberté nécessaire. Dans le même temps, Herritaro utilise tout son corps pour projeter Alban à l'extérieur du cercle, dans un superbe mouvement de bassin appuyé. A ce petit jeu la masse de Herritaro parle et Alban sort le premier du cercle.

    Commentaires : Allan - Satori
    Un taichi-ai très timide et assez bas, pour un instant d'observation réciproque. Je pars sur ce combat avec un seul a priori : me méfier du ju-jitsuka... Allan applique dès le contact une poussée ferme allant en s'accélérant, en se collant dans ma garde et en relevant mon buste. J'arrête alors sa poussée en me campant dans une position solide, et attrape l'arrière de son mawashi.

    Puis j'impose une contre poussée lente (prudente) mais ferme tout en tirant sur ma prise pour délester l'appui au sol d'Allan, qui tente de résister en se positionnant aussi horizontalement que possible. L'effet conjugué de la poussée et de la traction de la main droite provoque la glisse et la chute d'Allan.


    Code:
    Day 4
    *****
    v Herritaro    (3-1)  X-O  Père Boulon  (1-3)
      Soupooshu    (4-0)  X-O  Liclic       (2-2)
    v Alban        (2-2)  X-O  Allan        (0-4)
      Satori       (4-0)  X-
    
    4-0 : Soupooshu, Satori
    3-1 : Herritaro
    2-2 : Liclic, Alban
    1-3 : Père Boulon
    0-4 : Allan
    Commentaires : Père Boulon - Herritaro
    Au taichi-ai, les deux adversaires se relèvent et avancent l'un vers l'autre. Père Boulon profite de l'ouverture des bras de Herritaro pour entrer dans sa garde, alors que ce dernier préfère "embrasser" son adversaire. Père Boulon jette alors ses bras vers le mawashi de Herritaro, et s'assure une double saisie puis commence à pousser. Contradictoirement, Herritaro attire son adversaire à lui en le faisant tourner, ce qui semble neutraliser la velléité de poussée de Père Boulon.

    Herritaro s'étire alors pour saisir du bras gauche le mawashi de Père Boulon devenu passif, et entame une poussée frontale. La bonne double prise de Père Boulon lui permet de résister dans un premier temps mais du bras droit, Herritaro fait lâcher la main gauche de Père Boulon et accentue la pression dans un mouvement vers l'avant et en rotation. L'affaire est entendue.

    Commentaires : Allan - Alban
    Alban impose un taichi-ai rapide et puissant mais comme à son habitude, se relève un peu trop. Sa poussée est donc dirigée vers le bas, ce qui a tendance à renforcer la position d'Allan plutôt que la déstabiliser. Allan de son coté réagit bien à la charge et se campe dans une position robuste, à l'intérieur de la garde d'Alban.

    Complètement stoppé, Alban réagit en judoka en inversant complètement les forces en présence : il retire son buste et tire fermement les deux bras d'Allan vers le sol. Mais Allan profite de sa position originelle, solide, pour résister à ce piège et se lancer dans une poussée sur le ventre d'Alban dans une position dangereusement horizontale. Ce dernier réagit immédiatement en refermant sa garde. Allan dans le même temps relève son buste pour reprendre une position plus confortable, sans confirmer l'élan de sa poussée.

    La position des deux lutteurs se fige un instant, Alban cherchant visiblement à confirmer sa résistance à la poussée initiale et semblant préparer une saisie spécifique pour une prise à venir, Allan se re-situant dans l'espace avant de relancer sa poussée, sans l'élan cette fois ci.

    Son buste s'applique fortement sur celui de son adversaire et sa main fleurete avec l'arrière du mawashi de son adversaire, ce qui pourrait lui donner un avantage solide, mais s'en écarte sans le saisir. Dans le même temps Alban démarre sa prise : il effectue une rotation du bassin et du buste tout en s'asseyant plusieurs fois sur sa position dans un mouvement de va et vient typique du judo. Cela a pour effet de délester l'assise de Allan sur sa position, tout en l'écartant du corps d'Alban, qui peut ainsi accentuer et accélérer le mouvement.

    Allan tente alors de saisir le mawashi d'Alban pour résister à cette impulsion en rotation, mais n'y parvient pas, alors qu'Alban termine fermement son mouvement. Dans la rotation, le pied d'Allan sort du cercle.


    Code:
    Day 5
    *****
      Liclic       (2-3)  O-X  Père Boulon  (2-3)
    v Herritaro    (3-2)  O-X  Allan        (1-4)
    v Soupooshu    (4-1)  O-X  Satori       (5-0)
      Alban        (3-2)  X-
    
    5-0 : Satori
    4-1 : Soupooshu
    3-2 : Herritaro, Alban
    2-3 : Liclic, Père Boulon
    1-4 : Allan
    Commentaires : Allan - Herritaro
    Au taichi-ai, Allan reste dans une position basse et forte alors que Herritaro se relève en avançant. Recevant Herritaro, Allan s'engouffre dans sa garde tout en effectuant une forte poussée. Dans une saisie limite sur le haut de la nuque, Herritaro résiste à la pression d'Allan en le faisant tourner et glisser.

    Sentant la fin de sa poussée arriver et Herritaro prêt à repartir à la charge, Allan saisi fermement l'épaule et le bras de son adversaire, et dérobe brusquement son bassin puis le reste de son corps, en tirant et reculant puis en se désaxant légèrement. Cet élan est magnifiquement exécuté et s'avère irrésistible, Herritaro finissant à terre.

    Commentaires : Soupooshu - Satori
    Avant ce combat seuls Soupooshu et moi demeurent sans défaite, les lutteurs nous suivant ayant déjà deux défaites. Ce combat s'annonce donc pour tous les participants comme un combat phare du basho, pouvant déterminer le vainqueur du tournoi. Dans ce cadre, nous décidons donc de tomber la veste... par une température plus que fraîche, aux alentours des 10°C.

    Le taichi-ai est, des deux cotés, net mais prudent. Je passe mes bras dans la garde de Soupooshu et le repousse nettement puis m'avance pour profiter de cet avantage. La tactique est simple et directe. Soupooshu quant à lui, semble clairement attendre une ouverture.

    Je tente à nouveau de passer dans la garde de Soupooshu comme lors du taichi-ai pour le repousser à nouveau, mais ce dernier se saisi de mes avant-bras et les relève, bloquant ainsi cette tentative tout en créant un trou dans ma garde. Je repousse alors Soupooshu du bras gauche tout en essayant de dégager mon bras droit, manoeuvre qui échoue une première fois. J'utilise alors le second bras de Soupooshu pour bloquer le premier, et ainsi forcer le dégagement.

    La manoeuvre fonctionne et je tente immédiatement de saisir le mawashi de Soupooshu de sa main dégagée, mais ce dernier réagit vivement et se recule. Ce faisant Soupooshu, tenant toujours ma main gauche, abaisse son centre de gravité et relève fermement mon buste. Je sens la menace et recule à nouveau vivement tout en dégageant mon bras gauche dans un mouvement de garde tout karate. Nous perdons alors le contact pour la première fois depuis le taichi-ai.

    Obéissant à ma logique première (pression physique permanente et poussée) j'avance de nouveau sur Soupooshu, mes bras passant du bas vers son ventre. Ce dernier, fidèle à sa tactique, parvient de nouveau à saisir et relever mon bras droit, mais subit ma pression. En bon judoka, il utilise alors cette pression à son avantage en s'accrochant à mes bras pour m'aspirer vers lui. Je freine alors comme je peux et dégage mes bras, perdant ce faisant l'initiative.

    Soupooshu saute alors sur l'occasion. Il rattrape à nouveau mes bras et les relève très haut, avant que je ne reprenne mes marques. La manoeuvre provoque une magnifique brèche dans ma garde au niveau du ventre, dans laquelle Soupooshu s'engouffre tout en lançant une belle poussée. Conscient du danger, je tente de boucher la faille comme je peux avec mes bras, et m'arque dans une position forte pour résister à la poussée de Soupooshu, mais je réalise presque instantanément que la position ne suffira pas. Je glisse.

    Seule alternative dans ce cadre (merci les essais d'avant basho) : planter mon talon dans la terre. Je relâche alors totalement mon mollet droit et tend complètement la jambe, ce qui arrête net la glissade et la charge de Soupooshu. Mais ce dernier a parfaitement senti que sa poussée n'irait pas au bout - peut être était ce même prémédité! Déjà il se regroupe sur lui même et agrippe mes bras dans une magnifique traction, utilisant toute ma force et mon inertie déployée pour résister à sa poussée, à mon encontre.

    Il vient saisir mon bras droit et le tire vers lui et vers le sol de tout son poids, dégageant déjà son bassin de l'axe de la traction qu'il impose, tout en restant aussi proche de mon centre de gravité que possible pour un meilleur contrôle. L'initiative est conservée, et je subis totalement les directives de Soupooshu, compensant comme je peux mais toujours avec un temps de retard. L'avance de Soupooshu sur moi en terme d'initiative est à ce moment là à son apogée.

    J'ai beau freiner, la prise et le mouvement de balancier de Soupooshu sont parfaits et le terrain ne permet pas de faire de miracle ; il faut donc trouver autre chose, et vite. Je perçois totalement le mouvement de contournement de Soupooshu, et je sais que je vais me retrouver en très mauvaise posture en bout de ligne si je ne réagis pas immédiatement. Par chance, Soupooshu colle mon bras droit contre lui, et je réalise que ma main droite est en fait collée sur son mawashi. C'est ma meilleure porte de sortie : une prise de contrôle du centre de gravité de Soupooshu grâce à son mawashi, par mon bras le plus fort.

    Dès le milieu de la ligne, je m'échine donc à saisir le mawashi de Soupooshu, ce qui est fait en fin de ligne malgré la perception et la tentative de protection de Soupooshu avec son bras gauche. Immédiatement je profite de cette prise pour refaire face à mon adversaire et de toute ma force, l'attire contre moi pour lui faire perdre ses appuis et la distance qui lui permet de faire levier pour sa poussée. Les pieds de Soupooshu décollent littéralement et glissent en arc de cercle.

    Mais Soupooshu ne reste pas inactif, bien au contraire. Saisi, il s'accroche lui aussi à mon mawashi pour se re-plaquer au sol et du bras droit, relève mon buste pour le conserver aussi droit que possible, m'empêchant ainsi de profiter de ma bonne prise et neutralisant le déploiement de ma puissance. Je cherche alors à contrer cette défense en me retournant à nouveau rapidement et en prenant de la distance, pour obtenir un meilleur levier pour ma prochaine attaque. Je commence aussi à ce moment là, à sentir que je rattrape un peu mon retard en terme d'initiative.

    Une nouvelle fois, Soupooshu tente de redresser mon buste avec son bras droit, mais l'initiative est moins mordante que la première fois et, tout en prenant mon élan pour mon prochain mouvement, je me débarrasse du bras droit de Soupooshu par une saisie et une rotation dans l'élan. Je me campe sur ma position, bien décidé à projeter une fois pour toute Soupooshu hors du cercle par une impulsion en soulevé et en rotation.

    De nouveau Soupooshu décolle un peu et glisse sur le sol, mais il s'agrippe à moi par l'arrière de ma jambe comme un forcené. Par manque d'expérience du combat au corps à corps, je commets alors l'erreur de ne pas assurer et renforcer ma tentative de projection en tirant le bras de Soupooshu de mon bras gauche, que je laisse au contraire armé et collé à mon corps à la manière d'un karateka. La force de l'habitude, une grossière erreur...

    A la fin de cette rotation avortée, Soupooshu se retrouve dans une très bonne position de poussée, mais ses forces commencent à flancher et il prend une fraction de seconde pour respirer. Dans le même temps je sens que mon rythme cardiaque atteint un seuil élevé, mais pas encore critique. Merci l'entraînement de ces derniers mois... Signe de la fatigue me gagnant, mes jambes n'obéissent pas à cet instant de manière parfaitement coordonnée à mes ordres.

    Mais je sens aussi la pointe de faiblesse de mon adversaire, et profite de la micro pause pour reprendre une position saine en me reculant et en repoussant des bras le buste de Soupooshu. L'initiative revient au point neutre pour la première fois depuis le contre initial de Soupooshu en début de combat.

    Je sais alors que je dois continuer à imposer ma pression physique, puisque je suis techniquement dépassé mais pas encore physiquement cuit, alors que mon adversaire semble légèrement faiblir. Je me relance donc immédiatement à l'assaut pour ne surtout pas laisser à Soupooshu le temps de souffler.

    La réaction de Soupooshu est de nouveau la même qu'en début de combat (saisir et relever mes bras), mais cette fois ci l'énergie commence à manquer pour que ça suffise à neutraliser ma charge. Il crie "J'en peux plus!". J'hésite une fraction de seconde ("Soupooshu a-t-il besoin de s'arrêter?"), mais je sens qu'il n'est pas blessé ou en rupture au niveau cardiaque, et qu'il continue de lutter. Je poursuit donc mon attaque.

    Arrivé au bord du cercle, Soupooshu repousse du bras droit mon bras gauche, mais je défais la prise et plonge ma main vers le ventre de Soupooshu, où se situe déjà ma main droite. Instantanément, sentant le danger, Soupooshu se regroupe sur lui même et se lance dans une esquive à gauche, mais je le colle de près et tente de le repousser de toute ma force. Et là... rien. Mon bras droit, habituellement increvable, refuse de pousser. Plus de jus. Trop servi de l'autre coté du cercle pour soulever Soupooshu, probablement. Mais ça n'est pas la pensée qui me vient, en fait. La pensée qui me vient, c'est "Plus de bras? Alors jette le corps, utilise ta masse, ton buste et tes jambes!".

    J'obéis immédiatement à cette impulsion en venant coller mon buste sur la tête de Soupooshu et en poussant de toutes mes forces avec les jambes. Soupooshu esquive de nouveau de l'autre coté, provoquant mon déséquilibre vers l'avant, mais se retrouve malgré tout sur les talons. Je sens ma dérive et sa faiblesse, freine et me repositionne en face de lui puis donne une dernière accélération en poussée sur son ventre, doublée d'une impulsion avec ce qui me reste de patate dans les bras.

    Soupooshu sort finalement en pivotant légèrement sur lui même. Je retombe enfin dans un mouvement de poussée dans le vide, pour sécuriser un éventuel retour miracle de Soupooshu, qui ne m'aurait pas trop étonné... Quel super combat, et quelle adversité!

    Remarque : pour info, tout ce que je décris là sont des sensations, des "réflexions" et des intuitions qui ont réellement eu lieu durant ce combat. En combat, le cerveau fonctionne vraiment à toute vitesse...


    Code:
    Day 6
    *****
    v Allan        (1-5)  O-X  Père Boulon  (3-3)
    v Liclic       (2-4)  O-X  Satori       (6-0)
      Herritaro    (4-2)  X-
    v Soupooshu    (5-1)  X-O  Alban        (3-3)
    
    6-0 : Satori
    5-1 : Soupooshu
    4-2 : Herritaro
    3-3 : Père Boulon, Alban
    2-4 : Liclic
    1-5 : Allan
    Commentaires : Allan - Père Boulon
    Le taichi-ai de Père Boulon est ferme avec une volonté claire d'imposer son attaque, celui de Allan est plus défensif, sa garde bien à l'intérieur de celle de Père Boulon. Les deux adversaires restent assez bas dans leurs position. Soudain, Père Boulon plonge de manière déterminée son buste vers celui d'Allan, saisissant du bras droit l'arrière du mawashi de son adversaire, qui se regroupe sur lui même.

    Allan démarre alors une poussée sur Père Boulon, qui semblait n'attendre que cela pour reculer et, progressivement, se désaxer vis à vis de la poussée d'Allan en positionnant son bassin de profil. Dans le même temps il place son bras gauche sur l'avant bras d'Allan, et commence à tirer sur sa prise de mawashi. Allan le sent et tente de freiner, ralentissant sa poussée plutôt que de chercher à la confirmer en changeant d'axe.

    Mais la réaction est tardive, et Père Boulon poursuit son idée première sans aucun temps d'hésitation. Il continue sa rotation de bassin, recule sa jambe gauche et dérobe ainsi tout appui à Allan en se plaçant en déséquilibre avant. Continuant sa traction, il termine magistralement l'exécution de sa projection, impeccable. Cette magnifique technique, parfaitement exécutée, lui vaut le prix de la technique sur le basho.

    Commentaires : Satori - Liclic
    Ce combat est une illustration de ce qui peut exister tout en échappant presque complètement à la caméra.

    Je pars dans l'idée d'imposer un lourd taichi-ai à Liclic, en poids et en force. Mais Liclic démarre très vite et a déjà les bras sur mes épaules alors que j'ai à peine déclenché ma poussée. Cependant, il "retombe" un peu sur les talons et dans mes bras, ce qui neutralise son bon départ et la poussée que cela aurait du provoquer. Dans le même temps, mes bras remontent vers son buste, appuyés par mon impulsion initiale et une position forte.

    La charge de Liclic est donc stoppée et il est renvoyé vers sa position de départ par le rebond de son saut et une forte impulsion physique de ma part ; je relève en force le buste de Liclic tout en avançant. Mon souffle marque cette impulsion toute en puissance, mais la caméra ne relève presque rien, rien d'impressionnant en tous cas. Elle ne reflète pas la réalité de l'énergie présente à cet instant du combat.

    Conscient d'être lourdement repoussé, Liclic se campe dans une position assez horizontale, mais la pression physique et le sol très glissant provoquent une petite dérobade de ses pieds. A cet instant, je ressens que la masse de Liclic ne pèse plus du tout sur mon buste, mais vers le sol. Je recule alors immédiatement mon bassin pour ôter le dernier appui du buste de Liclic, et laisse tomber. Une pure saisie d'opportunité, à l'opposé d'une victoire construite.

    Commentaires : Soupooshu - Alban
    Les deux judoka face à face, presque un combat d'école. Au taichi-ai Alban démarre fort mais se relève un pouillème trop. Dans le même temps Soupooshu rentre solidement dans la garde d'Alban dans une position très forte et très basse, superbe, et lui relève le buste. Alban réagit très vite en dégageant le début de prise de buste de Soupooshu, et inverse à toute vitesse la garde de sa position, mais la pression physique de Soupooshu, très bas et ramassé sur lui même, le fait légèrement glisser.

    Soupooshu sent immédiatement cette dérobade et réagit instantanément, en renforçant sa poussée et en désaxant légèrement son bassin, pour tomber dans une position lui permettant de pousser efficacement sur l'angle faible d'Alban. De la main droite, il soulève et pousse l'épaule d'Alban, et de la main gauche tire sur le bras droit de son adversaire, finissant de le déséquilibrer. Alban termine la main au sol pour éviter la chute. Technique simple, rapide et superbement exécuté, de nouveau une belle saisie d'opportunité.


    Code:
    Day 7
    *****
    v Satori       (7-0)  X-O  Père Boulon  (3-4)
      Allan        (2-5)  X-
    v Liclic       (2-5)  O-X  Alban        (4-3)
    v Herritaro    (4-3)  O-X  Soupooshu    (6-1)
    
    7-0 : Satori
    6-1 : Soupooshu
    4-3 : Herritaro, Alban
    3-4 : Père Boulon
    2-5 : Liclic, Allan
    Commentaires : Père Boulon - Satori
    Je débute le combat sur un constat : le sol vraiment glissant a rendu très risqué et délicat tout soulevé du lutteur adverse, et je trouve que ça manquerait à ce basho. En plus, j'ai bricolé les mawashi pour que ce soit possible, ce serait le comble de ne pas le vérifier en conditions réelles! Selon les opportunités que me laissera Père Boulon, je vais tenter de le sortir en le soulevant. Après les 97kg du Wak à Genève, ce ne sont pas les 90kg du Boulon qui devraient m'arrêter...

    Mon taichi-ai est donc en conséquence : prudent, je cherche à saisir. Père Boulon, au contraire, cherche à me repousser. Le regard focalisé sur le mawashi de mon adversaire, je "brasse" la garde de Père Boulon pour l'ouvrir et me permettre la saisie, ce qui arrive assez vite. Bras droit, puis gauche, j'assure ma prise. Dans le même temps Père Boulon reste dans une position basse et un peu sur le coté pour ne pas subir une éventuelle poussée mais n'a qu'une seule prise sur mon mawashi, alors que son bras droit est repoussé à l'extérieur de sa garde.

    Je tente alors une première tentative de soulevé, qui échoue totalement. Pas tellement un problème de puissance, mais un vrai problème de posture. Sur ce sol glissant, impossible d'avoir une position vraiment basse sans risque. Et soulever seulement avec les bras... c'est chaud. J'avance alors mes mains vers une meilleure prise sur le mawashi de Père Boulon, qui se plaque contre mon corps et tente d'obtenir une seconde prise main droite sur mon mawashi.

    Je m'essaie alors à nouveau à le soulever, mais c'est un nouvel échec. Père Boulon a obtenu sa deuxième prise et la position de mes mains n'est pas encore pleinement satisfaisante pour un soulevé réussi. Ma main gauche va donc une nouvelle fois plus loin, tout à l'arrière du mawashi de Père Boulon. En même temps, je réalise qu'un soulevé n'aura vraiment des chances de fonctionner que sur une impulsion, au bord du cercle. Père Boulon résiste vraiment et décidemment, ce sol est trop glissant. Je commence donc à traîner vers le bord un Père Boulon qui s'accroche et résiste comme un damné en crochetant ma jambe.

    Pas à pas le bord arrive. Je démarre alors mon ultime tentative, recule en soulevant pour "asseoir" le poids de Père Boulon sur mon bassin, puis pivote et repousse du bassin Père Boulon hors du cercle. Le poids et la prise de ce dernier provoque, dans l'élan, ma sortie.

    Commentaires : Liclic - Alban
    Au taichi-ai, Alban se jette littéralement sur Liclic en se relevant complètement, les mains pratiquement au niveau du visage de ce dernier. Liclic était parti dans l'idée d'une henka, mais démarre son esquive beaucoup trop tôt et est suivi par Alban, qui corrige sa trajectoire dès son premier appui. Surpris par la vitesse du démarrage de son adversaire, Liclic se retrouve presque sur les talons et ne peut exploiter son léger avantage de position sur Alban, qui se tourne déjà pour lui faire face.

    Liclic tente de se regrouper pour effectuer une poussée sur le buste d'Alban, mais ce dernier dévie fermement cette tentative et ouvre le flanc droit de Liclic, où il positionne son bras gauche. Liclic réagit en tentant de "bouchonner" Alban puis lui fait face, mais ce dernier laisse passer l'orage et positionne sa main droite sur la nuque de son adversaire. Liclic se dégage en continuant sa rotation du buste, mais expose à nouveau son flanc droit à Alban, qui se regroupe et se repositionne.

    Liclic, visiblement conscient du danger, saisis et repousse Alban à la gorge, mais ce dernier se défait de cette prise en laissant passer, du bras gauche, et se retrouvant pratiquement derrière Liclic, contre en repoussant le buste et le corps de ce dernier dans une ferme poussée. Liclic sort.

    Commentaires : Herritaro - Soupooshu
    Un étrange mais très intéressant combat, gagné (ou perdu, selon) dès le taichi-ai. Notez la différence de poids du simple au double, 146kg face à 72kg.

    Comme à son habitude au taichi-ai, Soupooshu démarre fermement dans une position très basse et très solide, et se saisi des bras de son adversaire. Dans le même temps Herritaro commet une vraie erreur en se relevant droit comme un 'i', presque en sautant sur lui même, plutôt que d'utiliser sa masse dans une poussée frontale. Soupooshu lève et écarte alors les bras de son adversaire pour ouvrir son buste, mais le travail est déjà fait. Il se jette alors sur Herritaro et lui plaque son épaule droite sous le menton. Dès lors, le combat est joué.

    Herritaro tente de réagir à cette mauvaise posture en saisissant le mawashi de Soupooshu au niveau du ventre, mais Soupooshu se protège efficacement en détournant l'attention de Herritaro. Il aspire en effet ce dernier dans un mouvement tournant en reculant, toujours très bas, obligeant ce dernier à se préoccuper de se stabiliser toutes affaires cessantes. Puis immédiatement il se rejette dans la garde de son adversaire en lui soulevant le bras droit et tout en avançant, vient se camper dans une puissante position de poussée vers le haut et l'avant, l'épaule de nouveau sous le menton de son adversaire.

    Herritaro tente durant tout ce mouvement de descendre et de ceinturer Soupooshu pour résister à cet élan, mais la position de ce dernier est inexpugnable et rend mécaniquement impossible (tête sous le menton et les deux bras sous les aisselles) cette opération. Soupooshu profite de l'élan pour insister sur une poussée qui ne semble pas vouloir s'arrêter, malgré la différence de poids entre eux deux.

    Herritaro, dans un sursaut, tente alors une dernière manoeuvre désespérée : le coup du volant. Il prend son élan sur la droite et jette brusquement son buste sur la gauche dans un mouvement de rotation. Mais le démarrage de cette technique arrive bien trop tard, Herritaro étant déjà au bord du cercle et sur les talons. Soupooshu s'accroche à lui pour contrer ce mouvement, ce qui provoque sa chute sur le buste de son adversaire, dans un bruit sourd. Plus de peur que de mal bien heureusement pour les deux lutteurs...

    Remarque : une seconde vidéo, plus lourde (20Mo), de ce combat est disponible ici.


    Bonus : Video combat off : Satori - Soupooshu
    Après le dernier combat du basho pour éviter qu'on ne refroidisse, j'ai proposé à Soupooshu un petit combat supplémentaire. Au bilan du basho à cause du sol mouillé et glissant, bien peu de gros taichi-ai et aucun vraiment de ma part car je considérais la prise de risque trop grande. Pourtant le déplacement c'est un peu ma spécialité, il fallait que je case un bon taichi-ai. J'ai donc annoncé "taichi-ai!!!" avant le combat, mais apparemment Soupooshu n'a pas capté la subtilité de ce cri primaire... Ca ne n'a pas empêché de réagir comme un chef pour autant.

    Au taichi-ai donc, je démarre comme une loco, aussi fort que le sol me le permet en plantant mes talons dans la terre meuble. Une nouvelle fois Soupooshu me reçoit dans une position très forte, et on se retrouve plantés l'un contre l'autre en corps à corps, dans des gardes très saines. Dans mon élan et de part ma masse, je le rejette alors fortement vers le bord du cercle et fonce à nouveau sur lui, mais il recule dans une position de force très ferme et se prépare à me recevoir.

    Là, je commets une erreur dont j'ai bien retenu la leçon. Plutôt que de descendre dans une position de force bien frontale et profiter de mon élan pour une nouvelle poussée, je me désaxe, saisissant présomptueusement Soupooshu comme un mannequin que je cherche à envoyer valdinguer en le soulevant et le jetant en une dernière poussée. Ca, c'est mon vieux geste de lanceur de javelot qui remonte... Tsss.

    Or Soupooshu m'a parfaitement reçu et agrippé, et a un contrôle complet de mon buste. Quant à moi, avec ce mouvement où je vais chercher loin mon dernier appui à la sauce lanceur de javelot, je perds un précieux appui en face de lui. La suite n'est qu'une conséquence de cette erreur. Notez bien les positions. A ce moment là, Soupooshu est totalement à ma droite, son pied arrière à moins de 30cm du cercle.

    Je le jette alors de toute ma patate comme je l'avais imaginé, en le soulevant et en poussant. Mais malgré cette impulsion et un sérieux déséquilibre arrière, Soupooshu reste concentré sur son contre et parvient même à l'aveugle et à toute vitesse, à saisir mon mawashi de la main gauche au passage. Quelle vitesse, quelle précision! Là, de tout son poids et de toute ma poussée il se recolle au sol et tourne autour de mon bassin, venant plaquer et recevoir mon poids sur son bassin. Ce que personne n'a encore vu à cette seconde, c'est que son pied gauche prend son appui hors du cercle...

    Alors, dans une magnifique impulsion du bassin, il me fait passer et me décolle au dessus de lui. A cet instant, incroyable, il est passé complètement à ma gauche! Quelle vivacité et quelle technicité! J'atterris aux fraises, convaincu de sa victoire, ravi de m'être fait balancer comme ça et surtout, vachement impressionné par la technicité et la puissance de ce sacré guerrier. Whaahh, c'est pas tous les jours qu'on tombe sur un os pareil...

    Puis Liclic nous apprend que l'appui de Soupooshu était en dehors de son dohyo de 4m10, au lieu des 4m55 réglementaires. J'en reviens pas, et Soupooshu réagit comme un prince. Excellent! C'était bon!... Cela dit, techniquement comme moralement, la victoire revient à Soupooshu qui prouve si nécessaire, comme dirait Tuco dans "Le bon, la brute et le truand" que plus c'est grand, plus c'est gros et plus ça fait de boucan en tombant!

    Remarque : une seconde vidéo sous un autre angle, beaucoup plus lourde (65Mo), de ce même combat est disponible ici.


    Conclusion :

    Bon après ce post, vous avez peut être l'impression que les commentaires que je donne ne peuvent correspondre à la réalité, étant donné qu'il faut pratiquement les décortiquer image par image pour retrouver ces descriptions. Alors croyez moi, dans un combat pour peu que l'on ait un minimum de lecture et d'habitude, les choses se passent vraiment à cette vitesse dans la tête. Il n'y a par exemple pas une ligne de ce que j'ai écrit vis à vis de mon combat face à Soupooshu, par exemple, que je n'ai ressenti et analysé au cours de ce combat. Oui faites l'expérience : en combat, ça se passe bien à cette vitesse...

    Voilà. En espérant que ce pavé ne vous aura pas trop saoulé...

    Satori

  8. #38
    Bon et enfin la troisième partie : le repas!!! Youpi!

    Pour manger, c'est bien connu, ya du monde... Certains ont donc pretexté diverses excuses plus ou moins bidon pour n'être présents qu'à cet instant. :P

    C'est le cas de l'ami (du néanmoins ami... Arf! ) Tulrek...


    ... du caustique (et néanmoins ami aussi... eh! si! ) Salamandre...


    ... et de sa dame...


    ... du mystérieux et spirituel Outremer...


    ... et enfin, de Maverickfr (qui a bien failli se répandre sous les coups de boutoir de l'humour Salamandrien)...


    ... et de sa cocasse et charmante amie.

    Bon la dessus on avait bien des représentants de nos chers lutteurs, mais à de rares exceptions près...


    ... ça sentait la fatigue!



    Eh! Ouais... Arf! :P

    Bon là dessus on a mangé, on a bu...

    Lourde la tête, lourde...


    ... très, très lourde...


    (Sans dec lui, sans le coude il roule sous la table... )


    (T+10mn... Alala!!! )

    Et c'est comme ça que, malgré certaines tentatives désespérées de contenance...






    ... c'est bien vite parti en live!











    ... et encore, ce ne sont là que quelques clichés, mes enfants...

    Là dessus, après moultes discussions et autres bétises du genre, on a fini par immortaliser l'instant...

    ... mais comme vous le voyez, c'était pas gagné-gagné, l'histoire...

    Bon, ben si malgré mes efforts vous en voulez toujours plus (j'veux dire, ya toujours des malades, quoi...), vous avez toujours l'album complet, ...

    Eh bien j'arrive sur le mot "fin", les amis! Espérant que ce rapport en trois exemplaires aura comblé vos attentes, je vous salue bien bas!

    Satori

    PS : bon alors... quand est ce qu'on se voit?

  9. #39
    Senior Member Avatar de Herritaro
    Inscrit
    septembre 2003
    Lieu
    BORDEAUX
    Messages
    161
    Merci Satori !

    Bravo pour ce superbe boulot (tu y as consacré combien d'heures de sommeil ?).

    Le Petit Satori Illustré est pour bientôt...

    Bon quand même... la taquinerie...

    Par convention, il me semble que "X" signifie "défaite" et "O" "victoire"

    Comme quoi la perfection n'est pas de ce monde... ;D

    Herritaro

  10. #40
    Citation Envoyé par Herritaro
    tu y as consacré combien d'heures de sommeil ?
    Trop...

    Citation Envoyé par Herritaro
    Par convention, il me semble que "X" signifie "défaite" et "O" "victoire"
    Ben dans ma convention à moi, j'ai mis une croix du coté victorieux, et un rond vide du coté du perdant. J'ai coché la bonne réponse quoi... Chacun son truc!

    Satori

sujet d'information

Utilisateur(s) parcourant ce sujet

il y a actuellement 1 utilisateur(s) parcourant ce sujet. (0 membres et 1 visiteurs)

Liens sociaux

Règles des messages

  • Vous ne pouvez pas créer de sujets
  • Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
  • Vous ne pouvez pas importer de fichiers joints
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  
  • Les BB codes sont Activés
  • Les Smileys sont Activés
  • Le BB code [IMG] est Activé
  • Le code [VIDEO] est Activé
  • Le code HTML est Désactivé