• asakusa

    par Publié le 27/01/2013 15h56  Nombre de lectures: 3290 
    Prévisualisation de l'article

    Trosième zensho yusho pour Harumafuji

    Même lorsqu'un basho a déjà livré son verdict, le senshuraku reste une journée particulière, car elle met aux prises les deux yokozuna et permet ainsi, peut-être mieux que l'attribution du yusho, de trancher la question : "Qui est le patron du sumo ?". Si Harumafuji a empoché son cinquième titre hier, il n'y a ni dépit, ni décompression lorsque les deux demi-dieux Mongols gravissent les marches du dohyo, mais une volonté farouche de mettre à terre son adversaire. Auteur d'un attari ultra-violent, Harumafuji place Hakuho sur le reculoir et s'offre une incroyable prise en morozashi. Le dai-yokozuna, qui n'a plus été empoigné de la sorte depuis belle lurette, se débat avec courage mais sans grand espoir. Harumafuji se permet même de lâcher sa main droite pour placer la poussée finale qui lui offre la victoire (yorikiri). Avec un tournoi vierge de défaite, il emporte son troisième zensho yusho, et efface définitivement les doutes générés par son vilain Kyushu basho.

    ...
    par Publié le 13/01/2013 17h57  Nombre de lectures: 3012 
    Prévisualisation de l'article

    Un sans faute, oui mais…

    Il faut parfois se méfier des statistiques. Dans leur apparente simplicité, elles disent mal la complexité des phénomènes qu'elles sont censées décrire. Ainsi, qui se contenterait de lire les résultats de ce shonichi, marqué par la victoire des 8 plus hauts gradés, pourrait penser que le temps d'un règne sans partage des sanyaku est venu. La vue des combats laisse pourtant une impression plus mitigée.
    Le constat ne vaut certes pas pour Hakuho. Revigoré par sa victoire du Kyushu basho - qui clôturait une année 2012 bien difficile - le yokozuna s'est défait de Shohozan en quelques poussées puissantes (oshitaoshi). Son adversaire n'avait, il est vrai, que peu d'arguments à lui opposer si ce n'est un mawashi jaune or du plus bel effet.
    ...
    par Publié le 25/11/2012 19h00  Nombre de lectures: 3413 
    Prévisualisation de l'article

    Retour vers le futur

    Quelle paradoxale manière de conclure l'année 2012 ! Voilà une année folle qui a vu la promotion d'un nouveau yokozuna, l'arrivée d'une prometteuse jeunesse et quatre différents vainqueurs en six tournois, dont l'improbable (quoique fort respectable) Kyokutenho. Et en guise d'apothéose, les spectateurs de Fukuoka n'ont eu droit qu'à un mauvais remake du pire de la fin des années 2000. Qu'on en juge : des kachi-koshi obtenus au senshuraku sans grande opposition, des ôzekis (et désormais un yokozuna) particulièrement décevants (aucun d'entre eux ne dépasse les dix victoires), dont un rétrogradé en janvier prochain pour cause de blessure. Et une victoire finale, décidée dès la veille, du grand yokozuna Hakuho. Le Mongol empoche là son 23ème yusho, décrochant irrémédiablement le grand Takanohana II au panthéon du sumo.
    Vainqueur du tournoi dès samedi, Hakuho ne veut pas ternir son nouveau titre d'une défaite au senshuraku, qui plus est face à son nouvel alter ego, Harumafuji. Pourtant, le shin-yokozuna déclenche un tachi-ai hallucinant de vivacité. La dai-yokozuna a à peine le temps de se redresser, mais use de toute son expérience et de son sang-froid pour étouffer les initiatives de son rival, avant de trouver une prise intérieure gauche prometteuse. Après avoir repris son souffle, Hakuho déclenche un shitatenage imparable qui envoie Harumafuji au sol. C'est qui le patron ?
    ...
    par Publié le 18/11/2012 18h15  Nombre de lectures: 2949 
    Prévisualisation de l'article

    Journée sans surprise... et sans passion

    Le nakabi de ce Kyushu basho ne restera certainement pas dans les annales du sumo, faute de rebondissement dans la course au titre, et de coup d'éclat dans la grande majorité des combats.
    Hakuho s'est facilement défait du pauvre Takekaze, qui n'a semblé qu'une pelote de laine entre ses grosses pattes. En un tachi-ai surpuissant et deux poussées herculéennes, le yokozuna a littéralement concassé son adversaire (tsukitaoshi) et maintenu son invincibilité dans le tournoi. Co-leader au classement, Goeido a du livrer un superbe combat contre Okinoumi. A la merci de la bonne prise de son adversaire après le tachi-ai, Goeido s'est acharné à mettre la main sur le mawashi d'Okinoumi, à l'intérieur d'abord, à l'extérieur finalement. La projection qui suit (uwatedashinage) lui permet de rester invaincu. Le second yokozuna, Harumafuji, avait un challenge autrement plus difficile à relever en la personne de Kotooshu, le Bulgare montrant un regain d'engagement depuis le début du basho. Plus véolce au tachi-ai, le Mongol déconcerte l'ozeki d'une claque bien sentie (son nouveau coup spécial ?), lui permettent de s'emparer du mawashi et de projeter son adversaire (uwatedashinage). Plus bas dans la classement, Toyonoshima reste au contact des leaders au terme d'un combat parfaitement maîtrisé contre Fujiazuma (hatakikomi). En résumé, Hakuho et Goeido mènent la danse avec 8 victoires, Harumafuji et Toyonoshima suivent avec 1 seule défaite.
    ...
    par Publié le 22/07/2012 14h09  Nombre de lectures: 4484 
    Prévisualisation de l'article

    Après un Natsu basho prometteur, le Nagoya basho s'est révélé plutôt décevant : des hauts gradés se neutralisant en deuxième semaine, un tenant du titre - Kyokutenho - en perdition, et des combats dans l'ensemble peu enthousiasmants. Néanmoins, le verdict final n'était pas encore rendu au matin du senshuraku puisque deux lutteurs, vierges de toute défaite sur ce tournoi, pouvaient encore prétendre à la victoire finale : Hakuho et Harumafuji. L'explication a eu lieu, comme il se doit, lors du musubi-no-ichiban.
    Dès le tachi-ai, l'ôzeki surprend son adversaire d'une gifle insolente qui lui permet d'assurer une bonne prise de mawashi. Mais le yokozuna fait parler sa puissance et enclenche la marche avant. Harumafuji parvient à plusieurs reprise à dévier la poussée de l'imposant Mongol. Sur une énième tentative, Harumafuji fait pivoter le yokozuna et l'accule à la tawara, avant de le sortir d'un yorikiri définitif. Les zabutons qui volent au-dessus du dohyo sont formels : la victoire revient à Harumafuji.
    ...
    par Publié le 08/07/2012 15h29  Nombre de lectures: 3160 
    Prévisualisation de l'article

    Hakuhô continue d'inquiéter.

    Disons-le d'emblée, les 7 hauts gradés clôturent cette première journée du Nagoya basho avec une première victoire à leur actif. Mais que ce fut difficile pour Hakuho, dont l'époque de souveraineté absolue semble bel et bien révolue.
    Opposé à Toyonoshima, le yokozuna déploie dès le tachi-ai toute la puissance qu'on lui connaît, mais trébuche en bord de tawara au moment même où il boute son adversaire hors du dohyo. A vitesse réelle, difficile de déterminer lequel des deux lutteurs a chuté le premier. Le gyoji lui attribue la victoire mais les shinpan, après un long conciliabule, se montrent plus prudents et font rejouer le combat.
    ...
    par Publié le 08/01/2012 12h02  Nombre de lectures: 1967 
    Prévisualisation de l'article

    Kisenosato passe la première, Kotoshogiku cale...

    Le public nombreux du Kokugikan a obtenu ce qu'il était venu chercher : la première victoire de Kisenosato en tant qu'ôzeki. Le chouchou nippon s'est en effet débarrassé du dangereux Goeido, non sans peine. Le Naruto boy pense avoir fait le plus dur en acculant son adversaire contre la tawara, lorsque le virevoltant maegashira se sauve d'une incroyable pirouette qui l'amène dans le dos de l'ôzeki. Mais Kise refuse de manquer son combat inaugural : rapide et déterminé, il se retourne en un clin d'oeil et reprend sa poussée, victorieusement (oshidashi). L'autre ôzeki japonais, Kotoshogiku, ne connaît pas le même bonheur. Son adversaire, un Takekaze des grands jours, le mystifie d'un rapide katasukashi : Kotoshogiku dessine un magnifique soleil avant de s'écrouler lourdement sur l'argile.
    ...
    par Publié le 27/11/2011 12h07  Nombre de lectures: 3273 
    Prévisualisation de l'article

    Pas de zensho yusho pour Hakuho

    Le senshuraku de ce Kyushu 2011 proposait bien peu de suspense aux spectateurs, venus peu nombreux en ce jour de clôture - comme durant toute la durée du tournoi d'ailleurs (le gymnase de Fukuoka n'a jamais fait le plein de toute la quinzaine). On savait ainsi depuis le milieu de la semaine qu'Hakuho remporterait son 21ème yusho, que Kotooshu avait sauvé son rang d'ôzeki et que Kisenosato devrait patienter au moins un tournoi de plus avant d'être promu au grade supérieur. En juryo, l'étonnant Ikioi, fraîchement promu parmi les salariés, avait empoché le tournoi dès la veille.
    La seule question qui restait en suspens concernait l'ampleur de la victoire d'Hakuho : le yokozuna allait-il empocher une quinzième shiroboshi, synonyme de zensho-yusho ? Le Mongol brûlait en effet de remettre les pendules à l'heure et de rappeler qui est le patron, après une année 2011 où sa domination a été contestée comme rarement (avec quand même quatre bashos au compteur, tout est relatif !) Mais dans sa quête du score parfait, le champion suprême a buté sur un Baruto impressionnant. Le Balte produit un tachi-ai surpuissant qui empêche le yokozuna de s'organiser comme il sait si bien le faire habituellement. Déstabilisé par la résistance de l'ôzeki, Hakuho fait preuve d'une maladresse étonnante, avançant trop bas sur son adversaire jusqu'à lui offrir sa nuque pour un hatakikomi imparable. Baruto, qui enchaîne désormais régulièrement les scores à deux chiffres, conserve son rang de premier ôzeki.
    ...
    par Publié le 13/11/2011 20h04  Nombre de lectures: 2145 
    Prévisualisation de l'article

    Baruto chute d'entrée

    Le Kyushu basho s'est ouvert ce matin à Fukuoka sur une première journée marquée par les acclamations réservées au nouvel ôzeki Kotoshogiku, et à celui qui espère le devenir Kisenosato.
    Du côté des résultats, la seule surprise est venue de l'avant-dernier combat du jour, qui voyait Toyonoshima défier Baruto. Le petit lutteur japonais a démontré une nouvelle fois qu'il savait manoeuvrer les sekitori les plus grands, en étalant rapidement les 197 centimètres du géant estonien. La victoire s'est dessinée dès le tachi-ai, par la grâce d'un léger décalage sur le côté droit lui assurant une prise impeccable sur le mawashi du Balte. La projection qui suit est efficace (sukuinage). Kotooshu est averti !
    Pour le reste, rien que du très prévisible : les lutteurs dont on attendait la victoire n'ont pas fait mentir les pronostics, à commencer par Hakuho. Le tachi-ai surpuissant du Yokozuna a fait voler en éclat le pauvre Homasho, qui s'écroule littéralement sur place (hatakikomi). C'est au tachi-ai également qu'Harumafuji a dessiné sa victoire, dans son style caractéristique fait de vivacité et de précision : à peine Okinouimi s'élance-t-il que le Mongol s'est déjà assurée une bonne prise intérieure dont l'espoir japonais, malgré sa belle résistance, ne peut se défaire (yoritaoshi). Victoire peu rassurante de Kotooshu, qui utilise son allonge pour maîtriser la furia un peu brouillonne de Goeido ; lorsque celui-ci rate sa projection, le Bulgare n'a qu'à s'écrouler sur le dos de son adversaire pour empocher une victoire (okuritaoshi). Il faudra montrer autre chose pour se sortir du kadoban. Quant à Kotoshogiku, nouvelle idole des foules, il fait mentir l'adage selon lequel les festivités d'une promotion se paient cash au basho suivant. Tout en puissance, il n'a même pas eu à mettre en branle ses célébrissimes gaburi-yori pour expulser le pourtant coriace Tochinoshin (yoritaoshi).
    ...
    par Publié le 23/01/2011 16h17  Nombre de lectures: 4209 
    Prévisualisation de l'article

    Senshuraku sans passion au Kokugikan

    Si le Kyushu 2010 avait su tenir en haleine les amateurs de sumo jusqu'au dernier jour - avec un kettei-sen inédit mettant en scène l'étonnant Toyonoshima - le Hatsu 2011 marque au contraire un retour aux fondamentaux de ces derniers mois : victoire précoce du Yokozuna et donc senshuraku sans grande passion - pour ne pas dire ennuyeux...
    Hakuho termine son basho par une 14ème victoire, acquise au dépend de Kaio. Victoire sans éclat néanmoins, le Yokozuna semblant se méfier des hatakikomi sournois que le vétéran se plait à multiplier depuis quelques tournois. C'est donc après un échange d'aimables poussées que le Mongol déclenche une attaque frontale qui fait tournoyer le populaire ozeki (okuridashi).
    ...
    par Publié le 16/01/2011 18h18  Nombre de lectures: 4264 

    Tochinonada rentre dans le rang

    Les nostalgiques doivent s’y résoudre : Tochinonada ne remportera pas l’Hatsu 2011 (en tout cas, pas sur un zensho yusho !) Le vétéran de la Kasugano-beya a en effet enregistré aujourd’hui sa première défaite du tournoi contre Shotenro, son adversaire du jour. Le Mongol réalise un tachi-ai impressionnant de puissance, tête en avant, qui fait voler en éclat le vieux Tochi (oshidashi).

    Tochinonada abandonne ainsi la tête du classement à Hakuho, tranquille vainqueur de Tamawashi sur hatakikomi. Le Yokozuna engrange une huitième victoire consécutive, mais n’a pas – encore – gagné le tournoi, puisque cinq lutteurs sont lancés à sa poursuite, avec un score de 7-1.
    Wakanosato fait partie de ce quintette : Kimurayama n’a pas trouvé d’argument pour contrer la poussée linéaire de l’ancien sanyaku, pourtant privé de prise sur le mawashi de son adversaire (oshidashi).
    Kotoshogiku a également grimpé dans le bon wagon, grâce à une nouvelle victoire acquise sans coup férir contre Toyonoshima. Le lutteur de poche, « en feu » lors du Kyushu 2010, ne retrouve pas l’étincelle sur ce tournoi et flirte désormais dangereusement avec le make-koshi. Kotoshogiku n’a même pas eu besoin de déclencher sa fameuse « saga Africa », se contentant d’appuyer de tout son poids sur le torse de son adversaire pour l’expulser du dohyo (yoritaoshi, ressemblant furieusement à un abisetaoshi). Quelques victoires de plus en seconde semaine, et le sekiwake pourra envisager de lancer – pourquoi pas – un ozeki run.
    Le peloton de tête est complété, fort naturellement, par deux ozeki. Le premier d’entre eux, Kotooshu, s’est débarrassé avec autorité de Kisenosato, pourtant auteur d’un bon tachi-ai. Les deux lutteurs s’étant stabilisés en migi-yotsu au centre du dohyo, le leader de la Sadogatake entame une poussée impressionnante, que son adversaire ne peut détourner que quelques instants (yorikiri). Le Bulgare monte en puissance, après un début de basho rien moins que décevant.
    ...
    Page 1 sur 2 12 DernièreDernière
  • Forum

    Kasamatsuri

    nagoya 2019 banzuke

    Après une semaine, je vous suggère de garder un oeil sur la Naruto beya et quatre de ses shin deshi dominent les débats en Jonokuchi ils sont à 4-0...

    Kasamatsuri 14/07/2019, 19h04 Voir le dernier message
    skydiver

    Devenir un rikishi

    Avec plaisir.
    Pour information, plusieurs lutteurs amateurs sont membres du site, tu devrais donc aisément trouver des contacts.

    skydiver 13/07/2019, 10h56 Voir le dernier message
    AsuraStrength

    Devenir un rikishi

    Merci beaucoup pour cette réponse qui pourra en aider plus d'un ! Le sumo amateur m'intéresse, je verrai la dessus.

    AsuraStrength 13/07/2019, 02h37 Voir le dernier message
    skydiver

    Devenir un rikishi

    Il existe des clubs en France mais leur statut est amateur. Si tu entends devenir rikishi au sein de la Nihon Sumo Kyoukai (association professionnelle

    skydiver 12/07/2019, 09h43 Voir le dernier message
    AsuraStrength

    Devenir un rikishi

    Bonjour à tous et à toutes, je suis venu ici pour me renseigner.
    Comment devenir un rikishi ? La question peut paraître idiote mais m'étant déjà

    AsuraStrength 11/07/2019, 19h09 Voir le dernier message
    Kaiowaka

    nagoya 2019 banzuke

    Yoshikaze est kyujo aussi et du coup il devrait descendre en juryo pour l'Aki basho...............................

    Kaiowaka 06/07/2019, 22h28 Voir le dernier message
    hogier

    nagoya 2019 banzuke

    Takakeisho serait forfait. Il était kadoban, il va perdre son rang d'Ozeki.

    hogier 06/07/2019, 11h34 Voir le dernier message
    hector

    Livres sur le sumo

    Merci pour la référence.

    hector 03/07/2019, 18h21 Voir le dernier message
    skydiver

    Livres sur le sumo

    Par exemple, « The joy of sumo » de David Benjamin. Un vieil ouvrage de vulgarisation, humoristique, édité en 1991 par Charles E. Tuttle inc.

    skydiver 03/07/2019, 06h46 Voir le dernier message
    skydiver

    Livres sur le sumo

    Pour celles et ceux qui maîtrisent peu ou prou l’anglais, il existe plusieurs ouvrages dans cette langue. Nous en avons parlé à quelques reprises.

    skydiver 03/07/2019, 06h43 Voir le dernier message