• Natsu basho 2014 – 8ème journée (Nakabi)

    Pétards mouillés du trio mongol au nakabi.

    Journée assez maussade dans un Kokugikan plein – comme souvent le dimanche – qui attendait sans doute un autre spectacle du désormais trio de yokozuna mongols qui dominent outrageusement la planète sumo. A des degrés divers, les trois rikishi ont montré un visage terne malgré leurs succès au final. En dehors de cet aspect, rien ou si peu n’a bougé, sept des huit lutteurs en tête du torikumi gagnant leur shiroboshi.
    On ne peut pas dire que Hakuho soit au top de son art, et quand il affronte un lutteur expérimenté et aussi résolu que Yoshikaze, cela donne un combat engagé et quelque peu brouillon, où le sens du placement du yokozuna lui permet de retourner une situation mal embarquée. Hakuho n’y est pas tant que ça, mais il reste en tête et on peut compter sur lui pour ne pas lâcher le morceau.


    Pas un Hakuho de gala…


    Kakuryu est désormais yokozuna. Un yokozuna ne place pas de henka, non ? Si ? C’est possible ? Ben si… même si le kimarite donné est un uwatenage, prenant sans doute en compte la fugace tentative de prise de mawashi externe du Mongol. Faut bien sauver la face, surtout quand l’adversaire du jour est Takarafuji, toujours sans victoire au nakabi… pas sûr que le Kokugikan ait goûté au spectacle. La presse non plus, vu le nombre réduit de clichés de cette « performance ». Pénible combat de Harumafuji aussi qui éprouve quelque difficulté à attraper un Chiyootori très mobile et doté d’un mawashi fort distendu. Victoire à l’arrachée, au propre comme au figuré.


    Dur…


    Victoire solide de Takekaze qui soutient la charge de Kotoshogiku avant de tomber l’ozeki sur sukuinage. L’ozeki risque d’être en sérieuse difficultés en fin de basho au vu du tableau lui restant sur les bras.


    Kotoshogiku dans la panade.


    Endo continue l’apprentissage du très haut niveau en donnant une réplique très intéressante à Kisenosato, avec une solide prise extérieure droite. Malgré la position inconfortable et décalée, c’est tout de même l’ozeki qui prévaut, au physique et après un combat long.


    En attendant, Kisenosato reste au contact. Pour mieux décevoir les espoirs ?


    Combat vif mais sans sueur pour Tochiozan qui domine Toyonoshima, manquant l’okuridashi mais achevant sur hatakikomi. Enorme Chiyotairyu qui annihile Goeido en deux temps trois mouvements. Kokonoe va-t-il enfin être fier de son poulain ? Henka attendue d’Aminishiki… sauf par Aoiyama, blousé comme un bleu par le vétéran.


    Trop naïf, Aoiyama…


    Sans jus, incapable de s’arrimer au mawashi malgré deux makikae, Kyokutenho se fait balader et finalement projeter au sol sur sukuinage. Make-koshi pour le Mongol, saura-t-il rebondir ? Toujours aussi haut placé, Osunaarashi donne une belle réplique à Ikioi en combinant avancées et reculs, mais Ikioi est lucide et attend une dernière poussée pour attirer un bras de l’Egyptien au sol et remporter une précieuse septième victoire. Combat solide de Homasho qui résiste pied à pied aux charges de mule de Shohozan, attendant l’erreur du taureau pour dévier son axe et l’accompagner au sol sur tottari. Combat à sens unique pour Tochinowaka qui profite bien d’une tentative de makikae de Kaisei pour prendre un avantage au mawashi et terminer en yorikiri malgré la résistance du Brésilien. Grosse déconvenue ce basho et ce combat pour Okinoumi, qui se penche bien trop pour chercher l’ouverture dans le mawashi de Tokushoryu, qui n’en demandait pas tant pour pivoter et accompagner son adversaire au sol. Jokoryu décroche à l’arrachée et après mono-ii une victoire sur Takayasu, pourtant bien parti avec des nodowa énormes, mais contré par l’universitaire qui s’écroule tandis que son adversaire danse sur la tawara – mais après avoir imprimé l’équivalent d’un orteil fatal sur la janome. Sachi-chigae, Jokoryu emporte la mise. Pas au mieux de son potentiel sur ce basho, Myogiryu écarte pourtant de la tête Kitataiki qu’on n’attendait pas à telle fête, mais dominé à la poussée par un adversaire qu’il n’arrive pas à vaincre. Victoire express de Kyokushuho qui surprend l’excellent espoir Terunofuji en passant ses bras sous les aisselles pour un yorikiri en force. Superbe bataille de poids lourds entre Chiyomaru et Gagamaru, les deux Maru offrant un affrontement tout en puissance classique de leurs gabarits, mais joliment conclu sur un uwatenage du Kokonoe sur un Géorgien épuisé par les efforts consentis. Toyohibiki se montre optimiste en pensant que sa puissance est suffisante pour être quelque peu négligent sur la prise de mawashi adverse : Sokokurai le punit d’un uwatenage magistral. Nouvelle tentative de sotogake de Sadanoumi, qui semble vouloir emporter tous ses combats sur cette technique : il n’y parvient pas mais Takanoiwa est suffisamment déstabilisé pour que Sadanoumi décroche sur yorikiri une sixième victoire. Basho difficile mais combat aisé pour Masunoyama qui dispose de Tokitenku en trois poussées franches. Belle résistance d’Arawashi qui se voit abreuvé de nodowa de la part d’Asahisho, avant d’en éviter un pour pénétrer au cœur de la garde adverse et l’emporter sur oshidashi.

    En juryo, le revers surprise d’Ichinojo et Homarefuji permet à un paquet de cinq lutteurs de se former en tête de la division indécise, sept autres lutteurs restant à portée de tir. Tochinoshin paraît assez bien parti pour dominer une division makushita où aucun des adversaires encore en courses ne paraissent en mesure de la contrarier. La sandanme reste indécise avec le seul Tochimaru détenant une expérience supérieure au fond de makushita. En jonidan, Abiko semble en bonne position, comme Nago en jonokuchi.

    Je souhaiterais enfin profiter de cette chronique pour rendre hommage à moto-Kaiketsu, qui fut également Hanaregoma-oyakata et même Rijicho (durant un bref laps de temps et dans des circonstances difficiles), décédé ce jour d’une attaque lors d’un practise de Golf. L’ancien ozeki fut le seul à perdre le grade d’ozeki et à le retrouver sans utiliser la règle des dix victoires au tounroi suivant. Un adieu à un vrai guerrier au parcours exemplaire.








  • Forum

    Konosato

    Nagoya Basho 2020

    C’est officiel, le Nagoya Basho aura bien lieu, mais à Tokyo au Kokugikan, du 19 juillet au 2 août.

    2500 Spectateurs seront admis, mais

    Konosato Aujourd'hui, 20h36 Voir le dernier message