• Haru basho 2014 - 12ème journée (Juninichi-me)

    Trio en sumo majeur

    Voilà un tournoi comme on les aime, intense, palpitant à tous les niveaux : un grand cru, assurément. La bagarre la plus homérique concerne les hommes de tête. Cela fait quelques jours que la musique épique d'un trio de Mongols prend le dessus sur la cacophonie du reste de l'orchestre et le tempo a été particulièrement marqué aujourd'hui. L'instrument vedette de cette douzième journée a été Kakuryu. L'ozeki sait qu'il peut accrocher une tsuna s'il remporte le yusho et le moins qu'on puisse dire est qu'il est à la hauteur de l'enjeu. Face au yokozuna Harumafuji, invaincu et co-leader, le Mongol a joué une partition intelligente et virtuose. Après avoir absorbé la charge de son compatriote (un exploit en soi), Kakuryu l'a dévié d'un coup de patte opportuniste ce qui a amené Harumafuji à continuer sa course hors du dohyo. Kakuryu reste donc à une longueur de l'ogre Hakuho qui a conservé son invincibilité et devient seul leader. Il n'a pourtant pas eu la partie facile face à son grand rival Kisenosato. D'ailleurs, la nervosité était palpable avant combat au point que les deux protagonistes ont provoqué trois faux-départs qui étaient autant de vraies intimidations de mâles alpha. Il en fallait plus pour déstabiliser Hakuho qui a rapidement pris le dessus sur Kisenosato en lui interdisant toute prise de mawashi et en le boutant hors du cercle sans ménagement. Sinon, hors des dohyo, la grande nouvelle était l'annonce, plutôt attendue, de l'intai de Kotooshu.



    Kotoshogiku semble en bonne voie d'imiter son collègue bulgare si on en juge par l'énorme bandage à l'épaule qu'il se coltine depuis plusieurs basho. Diminué physiquement, il a vraiment du mal à se sortir d'un kadoban qui pointe à l'horizon. Aujourd'hui encore, l'ozeki a perdu nettement devant Tochiozan, plus rapide et tranchant, concédant sa sixième défaite alors qu'il doit encore affronter le trio infernal... Après s'être bagarré comme un chiffonnier contre Yoshikaze, Goeido a tout de suite saisi l'opportunité de le mettre à terre sur kotenage. Cette neuvième victoire le conforte à son grade de sekiwake, en attendant mieux (sans doute). Le combat entre Endo et Shohozan a été d'une intensité rarement atteinte. Parti à fond comme d'habitude, Shohozan s'est heurté à la calme détermination du jeune mais très mature Endo. Il n'en a pas moins été bousculé, manquant de tomber ou de sortir à plusieurs reprises. Tout en maitrise, le jeune héros du public a sagement attendu de se positionner confortablement pour sortir Shohozan à la première opportunité. Il passe à 6-6, ce qui est vraiment bien pour un tout frais maegashira 1.

    Devant Takayasu, qui lui réussit bien, Toyonoshima n'a pas eu de difficulté à empêcher toute prise de son mawashi tout en bousculant son adversaire pour l'amener à terre à la première occasion. Faisant mine de céder à la pression de Tamawashi, Tochinowaka a été malin en le déviant au bon moment pour le laisser aller voir le public de plus près. Avec son style de bulldozer, Toyohibiki a emporté comme un rien Okinoumi, en petite forme sur ce tournoi. Malgré un bon tachi-ai, Kaisei s'est révélé incapable de s'organiser face à un Terunofuji compact qui l'a amené logiquement hors du cercle. Reprenant un peu de poil de la bête, Myogiryu a fait reculer Ikioi dès le tachi-ai mais cette fois-ci, il a su enchainer jusqu'à le faire sortir. Revenu dans le tournoi après une journée à se soigner, Osunaarashi a été copieusement bousculé par Aoiyama. Croyant s'en sortir en distribuant des baffes, l'Egyptien a été pris à son propre jeu par le Bulgare qui l'a mis à terre de manière violente. Chiyootori s'est un peu trop précipité sur Tokushoryu. Ce dernier en a tout de suite profité pour le laisser choir. Chiyomaru n'a pas fait cette erreur, attendant sagement de pouvoir renverser la vapeur face à Takekaze pour le sortir de manière imparrable et conquérir ainsi son kachi-koshi.

    Très concentré, Aminishiki a pris Takanoiwa de vitesse dès le tachi-ai pour le tenir à distance tout en le bousculant. Sa stratégie a été payante et une fois le mawashi de Takanoiwa accroché, il l'a mis à terre en un rien de temps. Chiyotairyu est rentré dans le lard de Jokoryu avec une certaine délectation. Il n'a dès lors eu aucune difficulté à le sortir même s'il s'est écroulé en même temps. Monté sur ressort, Jokoryu est instantanément remonté sur le dohyo mais il aurait dû garder cette réactivité pour le combat. Inépuisable, Kyokutenho a encore baladé son adversaire du jour, Azumaryu, avec l'assurance du vieux briscard qu'il est. Le kachi-koshi est amplement mérité pour ce sekitori qui bonifie avec le temps. Incapable d'imposer sa masse et sa puissance à Takarafuji, Gagamaru a été obligé de subir la loi de ce dernier qui a tout de même dû s'employer pour arriver à le sortir. Maitrisant parfaitement l'agitation de Satoyama, Kitataiki n'a pas eu à patienter trop longtemps pour le jeter dehors. Après avoir débordé Sadanofuji dès le tachi-ai, Masunoyama a continué sur sa lancée, sortant son adversaire avec assurance. Enfin, Kagamio n'a pas hésité à ouvrir la porte à Sadanoumi après quelques secondes de combat et suivre immédiatement avec une poussée franche.

    En juryo, le yusho est quasiment acquis pour Homasho qui enchaine les victoires imperturbablement tandis que Sokokurai, son dernier vrai adversaire, a perdu pour la troisième fois. Mathématiquement, tout est encore possible mais disons que l' « indien » tient le bon bout puisque le pire qui puisse lui arriver serait d'affronter Sokokurai en kettei-sen. Face à Wakanosato, en regain de forme sur ce tournoi, Homasho a été à l'essentiel : une poussée franche à partir d'une position idéale qui permet de sortir Wakanosato malgré une chute en fin de parcours une fois son adversaire hors du cercle. A l'inverse, Sokokurai a été beaucoup trop attentiste face à Tokitenku dont il se méfiait visiblement et qu'il a voulu garder à distance le plus longtemps possible. Lorsqu'il s'est rapproché pour mettre un terme au combat, Tokitenku en a profité pour mieux se positionner et tenter un crochetage (grand classique chez lui) qui lui a permis d'emmener Sokokurai hors du cercle. On peut noter également la très belle prestation d'Ichonojo, qui en est à son troisième tournoi chez les professionnels (arrivé directement makushita 15 tsukedashi) et qui devrait débouler en juryo au prochain tournoi après sa belle victoire, même si un peu laborieuse, contre le juryo Daikiho.

    En makushita, justement, le yusho va se jouer entre Musashiumi, un habitué de la division qui fait le tournoi de sa vie et Tochinoshin qui a enfin arrêté sa descente aux enfers et qui sera le grand favori.
  • Forum

    Konosato

    Nagoya Basho 2020

    C’est officiel, le Nagoya Basho aura bien lieu, mais à Tokyo au Kokugikan, du 19 juillet au 2 août.

    2500 Spectateurs seront admis, mais

    Konosato Aujourd'hui, 20h36 Voir le dernier message