• Aki basho 2009 : 9ème journée (kokonoka-me)

    Il ne faut pas les chercher!

    Ce basho sent la poudre, et en attendant les gros affrontements de la fin de semaine, aucun des favoris n'a connu la défaite aujourd'hui. Le Yokozuna Asashoryu, tout d'abord, leader toujours invaincu, n'a eu aucun mal à absorber le tachi-ai de l'ozeki Chiyotaikai avant de saisir son mawashi, de le secouer un peu et de le sortir sur Yorikiri, laissant le lutteur de la Kokonoe-beya en facheuse posture, à une seule défaite du make koshi. De son côté, le second Yokozuna, le mongol Hakuho (8-1), rappelle qu'il n'est pas seulement puissant, mais qu'il est aussi agile : pour contrer la poussée rageuse du Sekiwake Kisenosato (5-4), le Yokozuna tente d'abord un Hatakikomi, puis, ses deux pieds au bord de la tawara, expédie son adversaire d'un habile Sukuinage. Dans un style plus brouillon, Kotooshu (8-1) vient à bout du Komusubi Aminishiki : le combat se résume à un jeu de mains, "à celui qui ne veut pas perdre". Pour une fois le bulgare s'avère être le plus malin et parvient à se retrouver dans le dos du Komusubi qu'il n'a plus qu'à pousser en dehors du cercle. Dernier des trois lutteurs à la seconde place du tournoi avec un score de (8-1), Kotomitsuki vient à bout de Kakuryu (7-2). Lui non plus "il ne fallait pas le chercher !" : à la violence du mongol, l'Ozeki répond par la violence, un combat enragé s'engage, qui tourne court au moment où de son bras gauche le lutteur de la Sadogatake beya projette le mongol au sol d'un énorme tsuppari porté à la base du menton. Victoire sur Oshitaoshi.






    Asashoryu expulse Chiyotaikai
    En troisième position au score de (7-2), en plus de Kakuryu, l'estonien Baruto offre un tour de valse à Shotenro, le héros d'un jour, avant de le sortir gentiment sur yorikiri, lui infligeant sa huitième défaite, synonyme de make-koshi, le premier de cette division. Tandis que tout en bas de la makuuchi, Hokutoriki s'offre sa septième victoire consécutive. Une victoire miraculeuse, acquise au dépend de Futeno. Ce dernier peut s'en vouloir. Sa henka (mouvement d'esquive au tachi-ai) lui avait ouvert le chemin de la victoire. Seulement Hokutoruki se découvre des talents d'équilibriste et longe le dohyo en crabe, jusqu'au moment de se retrouver face à son adversaire. Dès lors la tendance s'inverse et d'une succession de tsuppari entrecoupée de nodowa, Hokutoriki fait retraverser le dohyo à son adversaire.

    Plus bas dans le classement l'ozeki Harumafuji (6-3) prend Kyokutenho à la gorge dès le tachi-ai et le sort dans la foulée tandis que Kaio doit s'employer pour vaincre Miyabiyama sur Tsukiotoshi. Chez les Sanyaku toujours, le Sekiwake Kotoshigiku, "comme au bon vieux temps", profite d'un bon tachi-ai pour engager un yorikiri fulgurant qui ne laisse pas le temps au Géorgien Tochinoshin d'organiser sa défense.

    Comme faits marquants de cette neuvième journée on retiendra aussi :

    - Le combat marathon entre les mongols Mokonami et Tokitenku. Ce dernier moins bien placé, n'aura fait que résister pendant les 2min50 de combat jusqu'à céder sur une énième tentative de yorikiri de Mokonami.

    - La violence d'Aran (4-5), qui adresse une pluie de tsuppari sur le visage du chouchou du public Takamisakari avant de le tirer par le mage (chignon) en bord de tawara pour le faire sortir. Manœuvre qui n'échappe pas au juge arbitre qui inverse la décision du Gyôji et disqualifie le russe.

    - La victoire expéditive de Wakanosato (6-3) sur Masatsukasa (6-3)

    - La cinquième victoire consécutive de Yoshikaze (6-3), qui, bien mal parti dans ce tournoi, n'est plus maintenant qu'à deux longueurs du Kachi-koshi

    - Le septième revers de Tochinonada, concédé face à Bushuyama (5-4)

    - La quatrième défaite en cinq journée du géorgien Kokkai (4-5) qui s'éffondre au pied du Japonais Tochiozan (6-3)



    En juryo, seul leader la veille, Toyozakura (7-2) est projeté au sol par Kaiho d'un magistral Uwatenage tandis qu'Okinoumi (7-2), l'emporte contre Koryu au terme d'une belle joute d'oshi-sumo et que Tamawashi lui aussi au même score de (7-2), profite de la poussée mal contrôlée de Tokusegawa pour placer un Makiotoshi tout en finesse. Quant à Yamamotoyama (6-3), il arrache le bras droit de Kitataiki et le sort du dohyo. Sakaizawa, victorieux de Tosanoumi, se positionne lui aussi à la seconde place de ce tournoi.