• Actualités Flux RSS

    par Publié le 23/09/2013 13h34  Nombre de lectures: 4181 
    Prévisualisation de l'article

    Le vide ou le trop-plein

    La célèbre citation du Général De Gaulle qui répondait à un journaliste curieux de savoir ce qu’il adviendrait du paysage politique français en cas de retraite anticipée de celui qui était alors président peut sans peine être projetée au monde du sumo actuel : qu’adviendrait-il si Hakuho, pour l’une ou l’autre raison, devait quitter la scène ? A voir le champ de ruines que laisse le surdominateur yokozuna derrière lui, il est bien difficile d’apporter une réponse nette. Car après les combats de ce début de deuxième semaine, on est en droit de se demander si le suspense n’est pas déjà définitivement tué, et si Hakuho ne va pas (encore) remporter un nouveau yusho (le 27ème) dès jeudi ou vendredi prochain. Le yusho risque très bien en effet d’être aussi expéditif que la victoire du jour, qui voit le dai-yokozuna absorber la charge de Toyohibiki bien trop avancé (une erreur récurrente chez lui) et le laisser tomber seul immédiatement après. Alors, qui pour prendre une relève ? Question sans réponse, hélas.
    ...
    par Publié le 22/09/2013 15h23  Nombre de lectures: 3871 
    Prévisualisation de l'article

    Au moins là c'est clair

    Nakabi assez logique au final ce dimanche, avec le yokozuna toujours invaincu qui ne compte désormais plus qu’un poursuivant, en l’occurrence son adversaire régulièrement le plus sérieux. Le Mongol, qui a désormais en ligne de mire au plan comptable le mythique yokozuna Takanohana, qu’il pourrait dépasser au nombre de victoires en carrière comme en makuuchi lors du basho de Fukuoka, continue son cavalier seul entamé vendredi avec la défaite de Yoshikaze. Hakuho est en forme et décidé à le faire savoir et comprendre. Il fait surtout face à une résistance acharnée de Takarafuji en début de combat, ce qui amène la réaction classique de punition (Asashoryu était un spécialiste du style) : profitant de la position de blocage de son adversaire, il renverse alors subitement la vapeur pour renverser violemment ce dernier. Yobimodoshi, son 39ème kimarite en carrière (encore loin des 46 d’Asashoryu, un nouveau défi ?). Bref, il semble mission impossible d’aller déloger l’ogre mongol d’ici le senshuraku.
    ...
    par Publié le 21/09/2013 17h05  Nombre de lectures: 3631 
    Prévisualisation de l'article

    Tout le monde veut prendre sa place...

    Oui, le champion ultime du sumo des années 2010 ne manque pas d’adversité, comme les candidats du jeu télévisé éponyme du titre de cette chronique. Mais si l’adversité ne manque pas au plan numérique, il est sans doute plus difficile d’affirmer la même chose en parlant d’une adversité crédible au plan de l’affrontement direct comme sur la durée d’un basho. Asashoryu reparti vers ses steppes depuis belle lurette, Baruto en route vers une ferme des bords de la Baltique, que reste-t-il face à Hakuho ? Un yokozuna en mode pointillés, capable d’éclairs de génie et de lui fournir une adversité de temps à autres, le temps d’un zensho-yusho… mais Harumafuji a déjà concédé deux revers en première semaine, et l’on sait qu’il n’est plus à même d’être crédible par la suite dans de telles circonstances. Le paquet d’ozeki est lui constitué du Bulgare Kotooshu, parti vers les cimes des records de longévité mais plus crédible depuis longtemps. Blessé, il est d’ailleurs kyujo ce jour et ne devrait pas échapper à un (nouveau) kadoban). Kakuryu et Kotoshogiku sont à leur place mais n’ont jamais paru en mesure de viser autre chose que des accessits. Seul Kisenosato se détache, mais son manque de versatilité technique et une certaine fragilité mentale le condamnent sans doute à rester un joli numéro deux. Pour le reste, il n’est que de voir les jeunes pousses alterner exploits et grosses cagades pour se convaincre que le prochain yokozuna, Japonais ou Mongol, n’est pas encore en sanyaku ou en joi-jin. Bref, à la veille du nakabi, la route du 27ème yusho est déjà bien ouverte pour le dai-yokozuna qui a ce jour égalé le nombre de victoires en carrière du yokozuna Musashimaru (dont le neveu Musashikuni fait de bons débuts pour son premier tournoi professionnel).
    Vous l’aurez compris, ce n’est pas encore aujourd’hui qu’on aura vu Hakuho concéder sa neuvième kinboshi en carrière (chiffre déjà dépassé par Harumafuji, au passage). Il n’a pratiquement pas à lever le petit doigt face à Chiyotairyu (qui au passage a une fiche de 2-0 face à l’autre yokozuna), se contentant de contenir l’atari du jeunot avant de voir celui-ci glisser seul au sol, sonné par l’impact peut-être. Hakuho demeure seul invaincu.
    ...
    par Publié le 20/09/2013 11h46  Nombre de lectures: 4726 
    Prévisualisation de l'article

    Hakuho se détache

    Voilà, c'est fait. Hakuho est seul en tête. Le dernier résistant, Yoshikaze, a perdu son premier combat aujourd'hui. De peu, mais ça ne change rien à l'affaire. Devant Aminishiki, le pensionnaire de l'Oguruma a foncé avec détermination et il a fallu le métier et l'habileté d'un Aminishiki des grands jours pour dévier ce missile qui est allé se planter dans le public. Comme Aminishiki est sorti lui aussi, les juges ont toutefois été nécessaires mais ont finalement confirmé la décision initiale du gyoji. Pour Hakuho, la promenade de santé de la première semaine s'est poursuivie avec sa victoire expéditive sur Tochiozan tout de suite fracassé à terre après que son bras ait été pris dans l'étau du yokozuna pratiquement dès l'atari. Non seulement le yokozuna est le plus fort mais il semble avoir un don pour lire les intentions de ses adversaires. Qui pourra l'arrêter ?
    ...
    par Publié le 19/09/2013 15h48  Nombre de lectures: 4562 
    Prévisualisation de l'article

    Le yusho, déjà ?

    Alors que nous sommes à peine au tiers du basho, Hakuho n'a déjà plus d'adversaire à sa mesure. Cette cinquième journée a été pour lui l'occasion de s'échauffer en bouffant tout cru Aoiyama, balancé à terre vite fait bien fait comme s'il ne s'agissait que d'un sparring partner. Il reste donc invaincu alors que du côté de ses « adversaires » pour le yusho, c'est la débandade. Hier avait vu un certain écrémage qui s'est largement confirmé aujourd'hui puisqu'un seul maegashira a survécu. Yoshikaze (le rikishi en question) est tout à fait méritant. Ses victoires sont belles et contre Shotenro, il a su résister courageusement avant de le repousser en costaud mais peut on le classer sérieusement comme potentiel adversaire du dai yokozuna pour le yusho ? Kotooshu, qui a senti hier le vent du boulet, a finalement cédé devant l'autre sekiwake de la Sakaigawa, Goeido. Ce dernier est en confiance et quand il a vu que le géant Bulgare était trop relevé, il n'a pas hésité à le projeter sans ménagement. De son côté, Kyokutenho, toujours aussi enthousiaste et avec le mawashi de Tokitenku bien en main, a attaqué sans compter et du coup n'a pas pu répliquer quand ce dernier a contre-attaqué. Le conte de fée s'arrête donc pour celui qui n'est plus depuis longtemps en âge de rêver.
    ...
    par Publié le 18/09/2013 11h45  Nombre de lectures: 5212 
    Prévisualisation de l'article

    Effondrement (presque) total

    Hier, Hakuho était en tête, invaincu, en compagnie de trois ozeki et de trois maegashira. Mais ça, c'était hier car ce quatrième jour (seulement) de l'aki basho a été l'occasion de voir un effondrement quasi généralisé de la seule opposition crédible au yokozuna (on parle bien sûr des ozeki). Kotooshu est le seul à surnager, à peine, après sa victoire ultra limite sur Myogiryu qui a réussi à le renverser sur un salto avant exécuté en duo et qui a nécessité une décision des juges pour assurer Kotooshu de la victoire. Les deux autres ozeki (ex)leaders ont eux été battus sans appel par leurs adversaires du jour. Expéditif face à Kakuryu, Tochiozan n'a eu qu'à foncer droit devant pour repousser le Mongol loin dans le public. Kotoshogiku, quant à lui, s'est incliné devant un Goeido beaucoup plus habile techniquement qui l'a intelligemment empêché de mettre en marche son sumo de rouleau compresseur avant de l'attaquer au bon moment. Du pain béni pour Hakuho qui a pourtant eu à faire face à une opposition plus forte que prévu de la part d'Okinoumi qui n'en est pas moins sorti vite fait, comme d'habitude. Et ne parlons pas de Harumafuji, une nouvelle fois vaincu par un maegashira, Aoiyama, alors qu'il le dominait copieusement. Il était en effet sur le point de l'expulser quand ce dernier s'est esquivé et a repoussé un yokozuna plus que jamais sur la sellette.
    ...
    par Publié le 16/09/2013 14h35
    Prévisualisation de l'article

    Un seul être vous manque

    ... et tout n'est pas dépeuplé, loin s'en faut et c'est heureux. Mais il va sans dire que l'intai, malheureusement assez prévisible, de Baruto a quelque peu attristé la communauté des aficionado du sumo. Le bûcheron estonien, en proie quasiment depuis le début de sa carrière à de récurrents soucis au genou, aura finalement été terrassé par cette faiblesse continuelle, provoquée à la fois par son presque double quintal et à son incapacité durant toute sa carrière à pouvoir modifier son approche technique pour moins solliciter ses articulations. On gardera de lui le souvenir d'un lutteur affable, un « gentil géant dans le style du yokozuna Onokuni, un monstre de puissance qui avait clairement le potentiel d'aller plus haut si son corps avait tenu le choc. Courage à lui pour sa deuxième partie de vie qui devrait le voir devenir fermier sur les rives de la mer Baltique.
    La terre et la planète sumo continuent de tourner sans lui (et sans Tochinoshin aussi, encore une fois kyujo et qu'on pourrait bien voir propulsé en makushita comme Amuru). Et elle tourne fort bien, en ce shonichi, pour les plus hauts gradés, qui effectuent un sans-faute pas si fréquent lors des ouvertures de tournoi. Opposé au vaillent et jeune (premier sanyaku de la nouvelle ère) Takaaysu, le yokozuna Hakuho ne tremble pas d'un cil pour passer ses bras sous son adversaire et le sortir en moins de temps qu'il ne faut pour l'écrire (vu la méthode de remplissage ?). Harumafuji, opposé au plus expérimenté Tochiozan, ne connaît pas plus de difficultés que le Patron pour sortir son adversaire du jour.
    ...
    par Publié le 21/07/2013 14h55  Nombre de lectures: 5293 
    Prévisualisation de l'article

    Un final en queue de poisson

    On attendait sans doute plus du tout dernier combat dans la moiteur de Nagoya que ce qui nous a été proposé. Las, le yokozuna, qui s’il a remporté vendredi un yusho de plus (d'ou le poisson...) qui le place comme meilleur Mongol et étranger de l’histoire et à portée de canon des deux cadors historiques de la discipline, a perdu hier, en même temps que son combat contre sa désormais « bête noire » (toute relative, mais à son niveau c’est déjà ça) Kisenosato, sans doute ses dernières illusions de pouvoir faire tomber un jour la statue du Commandeur Futabayama. Du coup, on ne sait s’il est touché le plus physiquement (ça paraît assez clair au vu de ses deux dernières prestations) ou moralement.
    ...
    par Publié le 20/07/2013 17h51  Nombre de lectures: 4421 
    Prévisualisation de l'article

    Caramba, encore râté!

    Certes, l’enjeu du basho s’en est allé hier, Hakuho remportant une 26ème Coupe qui le place encore un peu plus haut dans l’Histoire du sumo, n’ayant plus comme objectifs en nombre de titre que les géants Chiyonofuji et Taiho. Certes, le dai-yokozuna a d’ores et déjà et va encore marquer les statistiques de son sport comme l’un, sinon le plus grand de l’Histoire. Il n’est que de voir son pourcentage de victoires, supérieur à celui record de son mentor Taiho. Certes. Mais bon. On recherche toujours ce que l’on n’a pas, si possible ce qui paraît inaccessible, quand on est un compétiteur de sa dimension. Et sa quête, à l’issue de deux yusho vierges de défaites, semblait pouvoir (re)devenir celle du mythique record de Futabayama. Las, encore une fois (la dernière), l’inaccessible marque du yokozuna des années trente va encore une fois rester au panthéon. La faute au yokozuna lui-même (sans mésestimer la performance de son adversaire), battu par sa nervosité et peut-être les pépins physiques contractés il y a deux jours.
    ...
    par Publié le 19/07/2013 11h54  Nombre de lectures: 4684 
    Prévisualisation de l'article

    Tous les yusho trouvent preneur

    Cela n'arrive pas si souvent que ça (la faute à la division juryo, en général), surtout si tôt, mais cette journée a été l'occasion de désigner les vainqueurs dans toutes les divisions. En makuuchi, Hakuho triomphe, comme cela était attendu. Il semblait s'être fait mal hier en projetant Kotoshogiku mais s'il s'est blessé, ce qu'atteste son généreux strap dorsal, il n'en a rien laissé paraître aujourd'hui. Heureusement car il fallait être à 100 % pour battre Kotooshu. Inspiré par la tactique d'Harumafuji, le yokozuna a d'abord tenté de faire chuter l'ozeki avec une prise de bras mais ce dernier ne s'est pas fait avoir. Hakuho a ensuite essayé de l'esquiver, toujours en vain ce qui l'a obligé de combattre en corps à corps classique (mais sans concéder de prise de mawashi). Faisant fi de la douleur, Hakuho a vite décalé Kotooshu avant de le sortir avec insistance. Auparavant, Aoiyama, qui représentait le dernier petit espoir d'opposition, s'est fait battre sèchement par Takayasu qui n'a pas hésité à sortir la henka des familles pour le laisser tomber. Quelle naïveté. Hakuho ne peut donc plus être inquiété, même mathématiquement, et se détache définitivement d'Asashoryu avec ce 26ème yusho.
    ...
    par Publié le 18/07/2013 11h21  Nombre de lectures: 5288 
    Prévisualisation de l'article

    Le yusho se rapproche

    Hakuho a perdu. Non, je plaisante, c'était pour voir si vous suiviez. Il s'est débarrassé de Kotoshogiku à sa manière habituelle, en décalant l'ozeki pour mieux l'aligner en projection. Toutefois, le yokozuna semblait plus éprouvé que d'habitude au sortir de ce combat. S'est il blessé? En attendant, la surprise est venue d'Aoiyama qui, en tant que lutteur de tête (même si à bonne distance du yokozuna Hakuho), était opposé à Chiyotairyu, sorte de nouveau mètre étalon de ce Nagoya basho. Contrairement à Kaisei (qui a perdu aujourd'hui, voir plus loin), le test a été concluant. Comme d'habitude, le Bulgare ne s'est pas embarrassé de subtilité : quelques tsuppari bien appuyés suivi d'une classique reculade lui ont suffi. Il devient ainsi seul deuxième et surpasse son compatriote Kotooshu qui s'est fait battre par Kisenosato. L'ozeki bulgare a pourtant chèrement vendu sa peau même s'il a commencé par une esquive. Il a en effet longtemps tenu au corps à corps, profitant de la méfiance de Kisenosato, très attentif à ne pas commettre de faute et n'a pas hésité à tenter une projection risquée pour contrer sa sortie inévitable. Peine perdue, les deux rikishis se sont écroulés au pied du dohyo.
    ...

    Page 8 sur 17 PremièrePremière 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14